Croissance en Afrique : l'alerte sombre de la Banque mondiale

La croissance en Afrique subsaharienne reste faible, tirée vers le bas par l'incertitude de l'économie mondiale, la sous-performance des plus grandes économies du continent, une inflation élevée et une forte décélération de la croissance de l'investissement, selon un rapport de la Banque mondiale publié mercredi.

Banque mondiale

Face à l'assombrissement des perspectives de croissance et à l'augmentation des niveaux d'endettement, selon une note parvenue à notre rédaction, les gouvernements africains doivent se concentrer davantage sur la stabilité macroéconomique, la mobilisation des recettes intérieures, la réduction de la dette et les investissements productifs afin de réduire l'extrême pauvreté et de stimuler la prospérité partagée à moyen et à long terme.

La croissance économique en Afrique subsaharienne d'après le document, devrait ralentir, passant de 3,6 % en 2022 à 3,1 % en 2023, selon la dernière édition de l'Africa's Pulse, la mise à jour économique d'avril 2023 de la Banque mondiale pour l'Afrique subsaharienne.

"L'activité économique en Afrique du Sud devrait encore s'affaiblir en 2023 (0,5 % de croissance annuelle) en raison de l'aggravation de la crise énergétique, tandis que la reprise de la croissance au Nigéria pour 2023 (2,8 %) demeure fragile, la production de pétrole restant modérée. La croissance du produit intérieur brut (PIB) réel de la sous-région de l'Afrique de l'Ouest et du centre devrait baisser à 3,4 % en 2023, contre 3,7 % en 2022, tandis que celle de l'Afrique de l'Est et australe reculerait à 3,0 % en 2023, contre 3,5 % en 2022. La faiblesse de la croissance, combinée aux vulnérabilités de la dette et à une croissance morose des investissements, risque de faire perdre une décennie à la réduction de la pauvreté", a déclaré Andrew Dabalen, économiste en chef de la Banque mondiale pour l'Afrique dans le document.

Les décideurs politiques doivent redoubler d'efforts pour freiner l'inflation, stimuler la mobilisation des ressources intérieures et adopter des réformes favorables à la croissance, tout en continuant à aider les ménages les plus pauvres à faire face à l'augmentation du coût de la vie.

Les risques de surendettement restent élevés, 22 pays de la région présentant un risque élevé de surendettement extérieur ou étant en situation de surendettement en décembre 2022.

ADVERTISEMENT

Les conditions financières mondiales défavorables ont augmenté les coûts d'emprunt et les coûts du service de la dette en Afrique, détournant l'argent des investissements de développement indispensables, et menaçant la stabilité macro-budgétaire. Une inflation obstinément élevée et une faible croissance des investissements continuent de peser sur les économies africaines.

Bien que l'inflation semble avoir atteint son maximum l'année dernière, elle devrait rester élevée, à 7,5 % en 2023, et dépasser les fourchettes cibles des banques centrales dans la plupart des pays. La croissance des investissements en Afrique subsaharienne est passée de 6,8 % en 2010-2013 à 1,6 % en 2021, avec un ralentissement plus marqué en Afrique de l’Est et australe qu'en Afrique de l’Ouest et du centre.

Malgré ces défis, de nombreux pays de la région font preuve de résilience face aux multiples crises. Il s'agit notamment du Kenya, de la Côte d'Ivoire et de la République démocratique du Congo (RDC), qui ont enregistré des taux de croissance respectifs de 5,2 %, 6,7 % et 8,6 % en 2022.

En RDC, le secteur minier a été le principal moteur de la croissance en raison d'une expansion des capacités et d'une reprise de la demande mondiale. La valorisation des richesses en ressources naturelles offre la possibilité d'améliorer la viabilité des finances publiques et de la dette des pays africains, mais le rapport met en garde contre le fait que cela ne peut se produire que si les pays adoptent des politiques adéquates et tirent les leçons des périodes d'expansion et de ralentissement économique passées", a ajouté le document.

En outre, le rapport indique que les pays pourraient potentiellement plus que doubler les recettes moyennes qu'ils tirent actuellement des ressources naturelles. "Capturer ces ressources fiscales sous forme de redevances et d'impôts, tout en continuant à attirer les investissements du secteur privé, nécessite des réformes et une bonne gouvernance.

Maximiser les recettes publiques tirées des ressources naturelles offrirait un double bénéfice pour les populations et la planète, en augmentant les recettes fiscales et en supprimant les subventions implicites à la production" a conclu le communiqué.

ADVERTISEMENT

Témoin d'un événement? Contactez-nous directement sur nos réseaux sociaux ou via:

Email: temoin@pulse.sn

ARTICLES SUGGÉRÉS

Centre de santé de Ngor : Toussaint Manga limogé de son poste de médecin-chef

Centre de santé de Ngor : Toussaint Manga limogé de son poste de médecin-chef

344 détenus (politiques) déjà  libres, 272 libérés prochainement

344 détenus (politiques) déjà libres, 272 libérés prochainement

Ouest Foire : 5 bébés morts retrouvés dans des ordures

Ouest Foire : 5 bébés morts retrouvés dans des ordures

Déchéances - Saison2: voici la date de la diffusion du premier épisode

Déchéances - Saison2: voici la date de la diffusion du premier épisode

Thierno Bocoum : «les délais pour la tenue d'une élection ne se négocient pas»

Thierno Bocoum : «les délais pour la tenue d'une élection ne se négocient pas»

Sexy et sensuelle, Aicha Koné expose sa nouvelle poitrine dans des clichés torrides

Sexy et sensuelle, Aicha Koné expose sa nouvelle poitrine dans des clichés torrides

Adolescence: le cyber harcèlement et ses conséquences sur les ados

Adolescence: le cyber harcèlement et ses conséquences sur les ados

Les vergetures après l’accouchement : quelle solution pour les faire disparaître

Les vergetures après l’accouchement : quelle solution pour les faire disparaître

AIBD : les chiffres du trafic aérien

AIBD : les chiffres du trafic aérien

ADVERTISEMENT