ADVERTISEMENT

La réplique d'Expresso à ses détracteurs

Depuis quelques jours, des mouvements d’humeur observés par les représentants syndicaux d’Expresso ont fini par convaincre le conseil de direction de s'adresser à l’opinion.

Siège d'Expresso Sénégal à Dakar.

En effet, la direction générale d'Expresso qui parle de "déclarations malveillantes" pouvant porter préjudice au groupe apporte des éclaircissements. Expresso qui fait la genèse des faits rappelle que le 28 Juin 2022, Radi Almamoun, Directeur général, a informé les représentants syndicaux des difficultés économiques que traversait la société.

ADVERTISEMENT

Le lendemain, Almamoun s’est envolé pour le Soudan. Le but de son déplacement au siège était de plaider en faveur de ses employés. Le 18 Juillet, il annonce la possibilité d’un licenciement économique et ouvre des discussions pour une recherche de solutions alternatives, tel que prévu par l’article L. 61 du code du travail sénégalais. Radi Almamoun s’est voulu rassurant et à l’écoute en consultant le collège des délégués du personnel.

Contre toute attente, le 20 Juillet, en pleine réunion stratégique avec le département commercial, 39 personnes font irruption dans le bureau du DG en proférant des injures. Pancartes à la main, ils ont défié son autorité et ainsi tenté de l’intimider en l’encerclant et en scandant des menaces.

Une situation inédite et ingérable qui s’est produite malgré l’intervention des services de sécurité, impuissants devant ce déferlement de personnes. Ces comportements sont d’autant plus incompréhensibles que le licenciement économique n’était qu’une perspective en attendant le retour de propositions des représentants syndicaux.

Après la consternation, la direction d'Expresso a fait constater par huissier les voies de fait résultant de l’intrusion dans le bureau du Directeur général, avant de déclencher un processus de licenciement individuel pour faute lourde.

Contrairement aux allégations des représentants syndicaux, il n’y a que 7 employés soudanais à Expresso sur une masse salariale de 600 personnes, dont 250 directs. Plus de 98% sont des employés sénégalais. Malgré leur statut d’expatriés, les employés soudanais sont alignés sur les moyennes du marché mais comme tout expatrié travaillant dans une multinationale, ils perçoivent des avantages sociaux. Pour rappel, au moment où beaucoup d'entreprises licenciaient lors de la crise sanitaire, la direction décidait de soutenir ses employés en augmentant leurs salaires malgré une baisse de 40% des revenus de l'entreprise.

Face aux accusations de non-divulgation des résultats de l'entreprise, il convient de rappeler qu’Expresso est une filiale de du groupe Sudatel coté à la bourse d’Abu Dhabi. Par conséquent, sa situation financière est consultable par tous. Par souci de transparence, Expresso Sénégal souhaite lever le voile sur ces accusations fallacieuses et se réserve le droit d’engager les actions judiciaires appropriées contre toute personne ou organisme qui tenterait de diffamer ou porter atteinte à son intégrité.

ADVERTISEMENT

Témoin d'un événement? Contactez-nous directement sur nos réseaux sociaux ou via:

Email: temoin@pulse.sn

ARTICLES SUGGÉRÉS

CHAN : l’heure de la finale décalée de 30 minutes

CHAN : l’heure de la finale décalée de 30 minutes

Chelsea : Ziyech se rapproche du PSG

Chelsea : Ziyech se rapproche du PSG

Yerim Seck trainé en justice par le Cices

Yerim Seck trainé en justice par le Cices

Les dessous du télescopage entre Pape Diouf et Wally au Bara mundi

Les dessous du télescopage entre Pape Diouf et Wally au Bara mundi

PSG : la MNM, un trio qui pose question

PSG : la MNM, un trio qui pose question

Clap de fin dans l'affaire dite des '94 milliards'

Clap de fin dans l'affaire dite des '94 milliards'

Corruption : le Sénégal stagne dangereusement dans la zone rouge

Corruption : le Sénégal stagne dangereusement dans la zone rouge

Bonne gouvernance en Afrique : Un Sénégal à deux visages

Bonne gouvernance en Afrique : Un Sénégal à deux visages

Les excuses de Mollah Morgun à Ousmane Sonko

Les excuses de Mollah Morgun à Ousmane Sonko

ADVERTISEMENT