De la bouse de vache utilisée comme serviette hygiénique au Zimbabwe

Les filles des zones rurales du Zimbabwe sont obligées d’utiliser de la bouse de vache comme serviette hygiénique, l’inflation ayant frappé les produits d’hygiène féminine.

vache

« J’ai porté une serviette pour la dernière fois avant la mort de ma mère l’année dernière », se lamente une jeune fille de 19 ans.

Un handicap physique congénital aggravé par la pauvreté a fait d’un cycle mensuel naturel une période de honte.

« Maintenant, je dois utiliser tout ce que je trouve, bouse de vache, feuilles, journaux et vêtements, pour empêcher le sang de couler. J’aimerais que ma mère soit encore en vie pour m’acheter des serviettes et des médicaments pour mes douleurs menstruelles », conclut-elle.

Cette adolescente est l’une des 72% de filles de la ville rurale de Domboshava, à 30 km au nord de la capitale Harare, qui n’ont pas accès à des serviettes hygiéniques commerciales, selon une étude de l’Organisation néerlandaise de développement SNV au Zimbabwe.

Pour l’équivalent de 2 dollars, les serviettes hygiéniques sont hors de portée de la plupart des 3 millions de jeunes filles en période de menstruation dans le pays, qui vivent sous le seuil de pauvreté.

Par conséquent, elles font recours à la bouse de vache. Cette bouse est moulée et séchée pour qu’elle absorbe facilement le sang. Elle est recouverte de plusieurs vêtements pour éviter les démangeaisons lorsqu’elle est placée sur les sous-vêtements.

Selon le ministère des Affaires féminines et de la Jeunesse, 67 % des filles manquent l’école pendant leurs menstruations en raison du manque d’accès aux produits hygiéniques et aux installations sanitaires propres. Les filles handicapées abandonnent généralement l’école.

Outre le fait qu’elles manquent l’école, les experts de la santé affirment que ces méthodes constituent un terrain propice à la prolifération de salmonelles, d’E. Coli et de plusieurs bactéries pouvant entraîner des infections de la santé reproductive.

Le gouvernement du Zimbabwe s’est efforcé d’améliorer la situation en supprimant les taxes sur tous les produits sanitaires. Mais la pauvreté périodique est exacerbée par l’inflation qui s’élève à plus de 191,6 %, selon l’Agence nationale des statistiques du Zimbabwe.

Les familles doivent choisir entre l’achat de produits d’hygiène féminine et l’achat de nourriture, la plupart optant pour le second.

Témoin d'un événement? Contactez-nous directement sur nos réseaux sociaux ou via:

Email: temoin@pulse.sn

ARTICLES SUGGÉRÉS

Burkina : une tentative de putsch déjouée

Burkina : une tentative de putsch déjouée

Halima Gadji 'dégoûtée' par les scènes de violence à l'Assemblée nationale

Halima Gadji 'dégoûtée' par les scènes de violence à l'Assemblée nationale

Dame Amar arrêté à Dubaï pour escroquerie

Dame Amar arrêté à Dubaï pour escroquerie

Militaires disparus : la famille de Didier Badji annonce une plainte

Militaires disparus : la famille de Didier Badji annonce une plainte

Gestion des inondations 2012-2022 : plus de 511 milliards FCFA exécutés sur 766

Gestion des inondations 2012-2022 : plus de 511 milliards FCFA exécutés sur 766

Sunday Oliseh impressionné par Aliou Cissé

Sunday Oliseh impressionné par Aliou Cissé

Les coups de la déraison… [Opinion du Contributeur]

Les coups de la déraison… [Opinion du Contributeur]

Cameroun-Brésil : Eto'o sonne la révolte !

Cameroun-Brésil : Eto'o sonne la révolte !

MMA / Combat contre Mirzamukhamedov : Reug Reug a effectué sa pesée

MMA / Combat contre Mirzamukhamedov : Reug Reug a effectué sa pesée