Ahmet Aidara et sa mairie au coeur d'une affaire de virement de 79 millions FCFA

Une rocambolesque affaire de virement oppose la mairie de Guédiawaye à un entrepreneur.

Ahmed Aïdara, Maire de la Ville de Guédiawaye

La mairie de Guédiawaye est coeur d'une affaire de virement bancaire fait par défaut. La Ville de Guédiawaye soutient avoir fait virer par erreur 79,986 millions de F Cfa dans le compte de l’entrepreneur Ibrahima Ndao qui refuse de restituer l’argent. Face aux gendarmes, ajoute le journal, Ahmed Aidara affirme que le secrétaire général, Babacar Gaye de la mairie qui établissait l’acte d’engagement s’est trompé.

L'entrepreneur a été discrètement cueilli par la Brigade de recherches de Keur Massar puis déféré au parquet de Pikine-Guédiawaye. A la suite d'une information judiciaire, il a été inculpé et mis sous bracelet électronique.

Dans la plainte, en objet, la Ville de Guédiawaye soutient que suite à un versement de 79 millions FCFA effectué par erreur par le Trésor public à son profit dans le compte bancaire d'Ibrahima Ndao, ce dernier a refusé de restituer l'argent. Face aux enquêteurs, le maire de la Ville de Guédiawaye a confié que ce n'est pas une affaire personnel entre lui et l'entrepreneur.

Il explique que dans le cadre des appuis aux établissements scolaires, la commune a lancé un appel d'offres pour la fourniture de kits scolaires. "C'est ainsi que pour cette année 2023-2024, la mairie a lancé un appel d'offres pour la livraison de fournitures scolaires d'un montant de 79 millions FCFA que devait réaliser l'entreprise Comptoir commercial Dabakh. Etant donné qu'on avait fait le même marché avec la société Sotrel dont la personne morale est l'entrepreneur Ibrahima Ndao, le secrétaire général qui établissait l'acte d'engagement, s'est trompé en laissant le numéro du compte de la société Sotrel, ce qui fait que le Trésor a viré l'argent dans son compte par erreur", a expliqué Ahmet Aidara.

Ibrahima Ndao, qui a été également auditionné par les enquêteurs démonte les arguments de Ahmet Aidara. : "cet argent est mon dû. J’ai fait des prestations pour la ville, j’ai aussi réfectionné la maison du maire à sa demande et je lui ai remis de l’argent en espèce dans son bureau et à son domicile". Il ajoute : "La ville de Guédiawaye devait me payer un montant de 135 millions FCFA. Donc l'argent versé dans mon compte est mon dû", a confié l'entrepreneur aux enquêteurs. Mais le maire de Guédiawaye se défend : "il ne m’a jamais rien donné, ni en main propre, ni par intermédiaire. Je lui demande de sortir des preuves".

ADVERTISEMENT

Témoin d'un événement? Contactez-nous directement sur nos réseaux sociaux ou via:

Email: temoin@pulse.sn

ARTICLES SUGGÉRÉS

Sexy et sensuelle, Aicha Koné expose sa nouvelle poitrine dans des clichés torrides

Sexy et sensuelle, Aicha Koné expose sa nouvelle poitrine dans des clichés torrides

Adolescence: le cyber harcèlement et ses conséquences sur les ados

Adolescence: le cyber harcèlement et ses conséquences sur les ados

Les vergetures après l’accouchement : quelle solution pour les faire disparaître

Les vergetures après l’accouchement : quelle solution pour les faire disparaître

AIBD : les chiffres du trafic aérien

AIBD : les chiffres du trafic aérien

Thiès : un homme assomme le mari de sa 'maîtresse'

Thiès : un homme assomme le mari de sa 'maîtresse'

Vatican: le Pape François appelle à la paix en Afrique

Vatican: le Pape François appelle à la paix en Afrique

RDC : les USA accusent le Rwanda de soutenir le M23

RDC : les USA accusent le Rwanda de soutenir le M23

Ziguinchor : confondu à un voleur, Z. Sagna sauvagement abattu par un groupe de jeunes

Ziguinchor : confondu à un voleur, Z. Sagna sauvagement abattu par un groupe de jeunes

Hôpital Fann : 15 malades évacués après un incendie

Hôpital Fann : 15 malades évacués après un incendie

ADVERTISEMENT