Cap Skirring : des habitants marchent contre l’insécurité

Des habitants du village de Cap Skirring, dans la commune de Diembéring, ont organisé, samedi, une marche pour dénoncer les « nombreux cas de meurtres et d’assassinats » enregistrés dans leur localité.

Cap-Skirring-en-emoi-la-population-denonce-une-vague-de-meurtres-et-reclame-plus-de-securite

« On est confronté à des problèmes de meurtres et d’assassinats mais surtout de noyade au niveau du quai de pêche de Cap-Skirring. On n’ose plus sortir jusqu’à une certaine heure. Il y a une insécurité totale à Cap-skirring », a déclaré Mariama Seck, porte-parole des femmes du village.

Elle a ainsi invité les pouvoirs publics à trouver une solution au problème afin que pareille situation ne se produise plus. « Tous les jours en sortant, nous pensons aux agressions et crimes qui sévissent à Cap-Skirring. Un problème sécuritaire est constaté dans la commune de Diembéring. Nous interpellons les pouvoirs publics. Il faut que ces agressions cessent », a insisté Mariama Seck.

« Nous avons enregistré en trois mois plus de cinq morts. Nous marchons pour dire stop au banditisme. Plus de ça dans notre localité », a réagi le président de la jeunesse de Cap-Skirring, Mamadou Diallo.

Au mois de février, le sous-préfet de l’arrondissement de Cabrousse, Alassane Hann, avait présidé une réunion en vue de se pencher sur les cas de meurtres et assassinats notés à Diembéring, une commune du département d’Oussouye. Le maire de Diembéring, Léopold Aba Diatta, avait rappelé que quatre meurtres ont été enregistrés dans sa commune en l’espace d’un mois.

Le 2 février, deux individus, un vigile et un charpentier, ont été retrouvés mort par balles, sur la baie de Boucotte-Diembéring, non loin du village de Cap Skirring. Le 11 février, une jeune femme a été battue à mort par son ami à Cap Skirring. Le 20 février, trois pêcheurs avaient péri dans le chavirement d’une pirogue à l’embouchure du fleuve Casamance, près de Cap Skirring.

ADVERTISEMENT

Témoin d'un événement? Contactez-nous directement sur nos réseaux sociaux ou via:

Email: temoin@pulse.sn

ADVERTISEMENT