Contrat d'armement à 45 milliards FCFA : 'Petit Boubé' prend la parole

Suite et pas fin de l’affaire du contrat d’équipement en armes signé par le gouvernement du Sénégal avec le trafiquant d’armes nigérien Aboubakar Hima alias « Petit Boubé ».

Petit Boubé

"Petit Boubé", de son surnom, prend la parole et parle de l'affaire du contrat d'armement signé avec le Sénégal pour la première fois. Dans un entretien avec le magazine panafricain, Petit Boubé ne nie pas le contrat paraphé avec l’État du Sénégal, mais réfute toute surfacturation ou malversation. "C’est la jalousie qui provoque cela. Au Sénégal, le contrat court sur cinq ans, sans avance de l’État au démarrage. Qui va accepter cela, attendre des années pour être payé, à part moi ? On parle de surfacturation, mais que fait-on des risques, des intérêts bancaires à payer, etc.", explique-t-il.

"Macky Sall et moi"

Sur ses relation avec le Président sénégalais, le marchand d'armes affirme le "connaître personnellement". Mais il souligne également entretenir des relations étroites avec d’autres Présidents africains comme Alassane Ouattara, de la Côte d'Ivoire. "Un certain nombre de chefs d’État me sont reconnaissants pour mon aide dans la lutte contre Boko Haram", a-t-il déclaré.

Des journalistes de OCCRP (Organized Crime and Corruption Reporting Project) avaient révélé en octobre 2022 la signature en janvier 2022 d’un important contrat d’armement de 77 millions de dollars (45 milliards FCFA) signé par les ministres des Finances et du Budget (Abdoulaye Daouda Diallo) et de l’Environnement (Abdou Karim Sall) avec une société locale créée deux mois plus tôt sous le nom de « Lavie Commercial Brokers » appartenant au Nigérien Aboubakar Hima dit « Petit Boubé ». Les deux ministres ne sont plus en place depuis le remaniement ministériel de septembre dernier.

ADVERTISEMENT

Le contrat signé avait été jugé « inhabituel » : « il n’a pas fait l’objet d’une procédure d’appel d’offres et n’a pas été publié en raison de la loi sénégalaise sur le secret défense. Mais l’OCCRP, en partenariat avec le journal israélien Haaretz, a obtenu une copie du document et appris que Lavie Commercial Brokers a été incorporé en fait par un célèbre marchand d’armes ouest-africain Aboubakar M. Hima, soupçonné d’avoir détourné des millions de dollars de contrats d’armement surfacturés dans son pays d’origine, le Niger. Un expert qui a discuté de l’accord avec les journalistes de l’OCCRP déclare que certaines irrégularités du contrat suggéraient que son prix pouvait également avoir été surévalué », avait écrit l’enquête de OCCRP.

ADVERTISEMENT

Témoin d'un événement? Contactez-nous directement sur nos réseaux sociaux ou via:

Email: temoin@pulse.sn

ADVERTISEMENT