Hôpitaux : c'est parti pour 72h de grève !

L'Association des internes et anciens internes des hôpitaux du Sénégal (AIAIHS) décrète un mot d’ordre de grève de 72h renouvelables à partir de ce lundi 31 octobre à partir 8h accompagné d’un arrêt total des gardes pour non-respect des engagements pris par l’autorité de tutelle.

Hopital Aristide Le Dantec

Le secteur de la Santé est en ébullition. Après le mouvement d'humeur du F2S et de And Gueusseum, les internes et anciens internes des hôpitaux du Sénégal dont ceux de l’Hôpital Aristide Le Dantec en particulier ont décrété un mot d’ordre de grève de 72h renouvelable à partir de ce lundi 31 octobre 2022 accompagné d’un arrêt total des gardes pour la même durée dans toutes les structures sanitaires du pays. Dans un communiqué de presse, ils ont informé avoir tenu, ce samedi, une assemblée générale extraordinaire ayant pour objectif d’évaluer la satisfaction des revendications associées à son préavis de grève déposé le 13 Septembre 2022.

« Notre combat est motivé par notre volonté de participer à une prise en charge adéquate des patients dans des conditions de travail optimales dans nos hôpitaux. Il est donc crucial de veiller au respect : de l’obligation de moyen des médecins ; des dispositions légales et réglementaires énoncées par le décret n° 62-193 du 17 mai 1962 relatif à l’internat en pharmacie des hôpitaux de Dakar ; des dispositions légales et réglementaires du décret n° 72-642 du 29 mai 1972 relatif à l’internat en médecine des hôpitaux de Dakar, ainsi que de celles du décret n° 72-259 du 9 mars 1972 relatif à l’internat en psychiatrie des hôpitaux de Dakar », souligne le document.

Par ailleurs, l’AIAIHS a constaté une violation des décrets cités ci-haut par la situation précaire des internes de l’Hôpital Aristide le Dantec ; une capacité d’hébergement limitée et locaux vieillissants et dangereux au CHU de FANN ; des conditions pénibles durant les gardes au S.A.U et au laboratoire de garde du CHU de FANN, une situation incompatible avec des prestations de soin de qualité ; une rémunération des gardes en dessous du taux prévu par le code du travail pour le service de nuit ; une inexistence d’un statut de l’interne des hôpitaux ; et des difficultés d’insertion professionnelle des anciens internes. Par la suite, des discussions ont été menées avec l’autorité de tutelle afin de résoudre ces problèmes dans des délais raisonnables.

ADVERTISEMENT

Témoin d'un événement? Contactez-nous directement sur nos réseaux sociaux ou via:

Email: temoin@pulse.sn

ARTICLES SUGGÉRÉS

Naufrage à Saint-Louis : le bilan s'alourdit à plus d'une vingtaine de morts

Naufrage à Saint-Louis : le bilan s'alourdit à plus d'une vingtaine de morts

Les nominations du conseil des ministres

Les nominations du conseil des ministres

Amnistie : le projet de loi adopté en Conseil des ministres

Amnistie : le projet de loi adopté en Conseil des ministres

Cameroun : Eto'o annonce que Rigobert Song n'est plus le sélectionneur

Cameroun : Eto'o annonce que Rigobert Song n'est plus le sélectionneur

Ziguinchor : des operateurs réclament 2 milliards de francs CFA à la Sonacos

Ziguinchor : des operateurs réclament 2 milliards de francs CFA à la Sonacos

Nouvelle vague de libérations de détenus : Bentaleb Sow et Cie libres

Nouvelle vague de libérations de détenus : Bentaleb Sow et Cie libres

L'influenceuse Awa Baldé, victime de cambriolage

L'influenceuse Awa Baldé, victime de cambriolage

Décès par overdose de Baidy Amar : ses amis déférés

Décès par overdose de Baidy Amar : ses amis déférés

Culture : décès de El Hadji Alé Niang, la “voix de Bambey !

Culture : décès de El Hadji Alé Niang, la “voix” de Bambey !

ADVERTISEMENT