ADVERTISEMENT

Ministère du Commerce : grève totale !

Le Syndicat national des agents de l’administration du commerce (Synacom) ont décrété un deuxième mot d’ordre de grève totale de 72 h du mercredi 24 août au vendredi 26 août 2022, pour exiger du gouvernement, le respect de leurs points de revendication.

assome diatta

Après une grève générale de 72 heures (du 19 au 21 juillet 2022), le Syndicat national des agents de l’administration du commerce (Synacom) remet ça. Le Synacom, dans le cadre de l’exécution de leur deuxième plan d’actions, Adama Mohamed Mbaye, Secrétaire général du Synacom, et ses camarades ont annoncé «une grève totale de 72 heures du mercredi 24 août au vendredi 26 août 2022».

ADVERTISEMENT

Par conséquent, les activités d’enquêtes, de contrôles et de surveillance du marché, les opérations de délivrance de documents administratifs seront suspendues. De manière précise, la Déclaration d’importation de produits alimentaires (Dipa), les autorisations Fra, les certificats de qualité, les bordereaux de vérification et de conditionnement, les autorisations d’importation d’instruments de mesure, les certificats de conformité, les licences d’exportation de ferraille, les cartes «commerçant», les cartes «import-export», les agréments de locaux pour les activités portuaires,… ne seront plus délivrés jusqu’à nouvel ordre. S’y ajoute le boycott de toutes les activités de négociations commerciales internationales.

Ces travailleurs du ministère du Commerce et des Petites et moyennes entreprises (Pme) exigent de l’Etat, «l’alignement de la rémunération des commissaires aux Enquêtes économiques et des contrôleurs du contrôle économique à l’aune des autres sortants de l’Ecole nationale d’administration (Ena) ainsi que la revalorisation salariale des autres agents du département».

Ils revendiquent également, «le recrutement dans la Fonction publique des agents temporaires (chauffeurs, agents administratifs, agents contractuels) du département, la dotation suffisante de moyens logistiques pour une poursuite correcte des missions dédiées, la rénovation de l’ensemble des services régionaux et départementaux du commerce».

Le 29 juillet, la Direction de la solde a indiqué que les salaires des agents des secteurs de l’éducation, de la santé, des Forces de défense et de sécurité, des administrateurs civils et des autres sortants de l’Ena, ont été revalorisés. Et dès le mercredi 3 août 2022, ces mesures de revalorisation salariale devraient être généralisées au profit de tous les autres corps de l’Administration (Magistrats, agents des hiérarchies A, B, C, D et E).

Le Secrétaire général du Synacom confirme qu’il y a une augmentation de salaire pour tout le monde. Mais déplore Adama Mohamed Mbaye, il n’y a toujours d’équité entre Enarques.

A cet effet, le Synacom invite tous les agents à se mobiliser pour la réussite de cette activité dans l’optique de la satisfaction de ses revendications.

ADVERTISEMENT

Témoin d'un événement? Contactez-nous directement sur nos réseaux sociaux ou via:

Email: temoin@pulse.sn

ARTICLES SUGGÉRÉS

Affaire Keita Baldé-Wanda Nara : nouvelle révélation

Affaire Keita Baldé-Wanda Nara : nouvelle révélation

Gabriel Jesus se serait séparé de sa petite amie 8 mois après la naissance de leur fille

Gabriel Jesus se serait séparé de sa petite amie 8 mois après la naissance de leur fille

Découvrez les bienfaits du café sans sucre

Découvrez les bienfaits du café sans sucre

Vous allez adorer la lecture après avoir lu cet article !

Vous allez adorer la lecture après avoir lu cet article !

Comment l'élégance renforce-t-elle la confiance en soi ?

Comment l'élégance renforce-t-elle la confiance en soi ?

Que faire quand on a peur des araignées ?

Que faire quand on a peur des araignées ?

Présumée agression sexuelle, Dani Alves serait-il lâché par sa femme ?

Présumée agression sexuelle, Dani Alves serait-il lâché par sa femme ?

Pape Gueye va rejoindre Séville en prêt

Pape Gueye va rejoindre Séville en prêt

Arrestations et emprisonnements : le calvaire des médecins sénégalais

Arrestations et emprisonnements : le calvaire des médecins sénégalais

ADVERTISEMENT