Liquidité bancaire : une détérioration de 330 milliards FCFA (Rapport BCEAO)

En juin 2023, les banques ont connu une détérioration de leur liquidité propre de 330,7 milliards FCFA dans la zone UEMOA.

commission-bancaire-umoa

Selon la Bceao, en juin 2023, les banques ont connu une détérioration de leur liquidité propre de 330,7 milliards. Cette évolution résulte selon la BCEAO, de l'impact négatif des transferts nets (-405,9 milliards) et des versements nets de billets au guichet (-125,5 milliards). Cette détérioration de la position structurelle de liquidité des banques a été partiellement compensée par le solde de leurs transactions avec les Etats et les autres facteurs nets (+200,7 milliards).

Durant le mois de juin 2023, le refinancement accordé par la BCEAO aux banques de l’Uemoa a augmenté de 26,1 milliards. En conséquence, la liquidité bancaire s’est dégradée de 304,6 milliards d’un mois à l’autre.

La Bceao ajoute que l'examen de la constitution des réserves obligatoires des banques pendant la période allant du 16 mai au 15 juin 2023 révèle un excédent par rapport au niveau des réserves requises. «Les réserves excédentaires des banques se sont élevées à 1.518,8 milliards, représentant ainsi 129,6% des réserves requises », renseigne la BCEAO.

Monnaie

En mai 2023, la masse monétaire a connu une croissance, en glissement annuel, de 7,8%, en baisse par rapport au mois précédent où elle s’est accrue de 7,9%. Les dépôts ont enregistré une baisse de leur rythme de progression, en passant de 9,1% en avril 2023 à 8,4% en mai 2023, tandis que la circulation fiduciaire a bondi à 6,0% en mai 2023, après 4,0% en avril 2023.

ADVERTISEMENT

La progression de la masse monétaire en mai 2023 résulte essentiellement de la hausse des créances des institutions de dépôt sur les unités résidentes, atténuée par la poursuite de la dégradation des Actifs Extérieurs Nets (AEN).

L'examen de la constitution des réserves obligatoires des banques pendant la période allant du 16 mai au 15 juin 2023 révèle un excédent par rapport au niveau des réserves requises. Les réserves excédentaires des banques se sont élevées à 1.518,8 milliards, représentant ainsi 129,6% des réserves requises.

Le coût du crédit bancaire a reculé au Togo (7,35% contre 7,77%), au Niger (8,80% contre 9,11%), en Côte d’Ivoire (6,25% contre 6,50%), au Burkina (7,91% contre 8,01%) et au Mali (7,57% contre 7,60%). Par contre, des hausses ont été observées en Guinée-Bissau (7,84% contre 7,24%), au Bénin (7,39% contre 7,02%) et au Sénégal (6,14% contre 5,96%

ADVERTISEMENT

Témoin d'un événement? Contactez-nous directement sur nos réseaux sociaux ou via:

Email: temoin@pulse.sn

ARTICLES SUGGÉRÉS

Dakar : ivre un homme étrangle sa mère jusqu’à ce qu’elle s’évanouisse

Dakar : ivre un homme étrangle sa mère jusqu’à ce qu’elle s’évanouisse

Insolite : à 58 ans, cette ancienne star du Barça va rechausser les crampons

Insolite : à 58 ans, cette ancienne star du Barça va rechausser les crampons

Tunisie : un journaliste poursuivi pour insulte contre fonctionnaire

Tunisie : un journaliste poursuivi pour "insulte contre fonctionnaire"

Une femme amène son oncle mort à la banque pour lui voler de l’argent

Une femme amène son oncle mort à la banque pour lui voler de l’argent

C'est la pire chose à boire avant de se coucher

C'est la pire chose à boire avant de se coucher

Mauritanie : l’accueil chaleureux réservé au Président Diomaye

Mauritanie : l’accueil chaleureux réservé au Président Diomaye

Les Africaines plus exposées à la mortalité pendant la grossesse (ONU)

Les Africaines plus exposées à la mortalité pendant la grossesse (ONU)

Cette requête du FMI ne plaira pas au Président Diomaye

Cette requête du FMI ne plaira pas au Président Diomaye

Réouverture de ses écoles : Yavuz Selim saisit Président Diomaye

Réouverture de ses écoles : Yavuz Selim saisit Président Diomaye

ADVERTISEMENT