Engrais : le Sénégal attend une production de 1,2 million t d’urée en 2029

Le Sénégal s’apprête à devenir un pays exportateur d'urée.

UREE

Le Sénégal ambitionne d’entrer dans le cercle des pays producteurs et exportateurs d’urée. Senegal fertilizer company (Sefco), une filiale de la Société des pétroles du Sénégal (Petrosen), va construire une usine à cet effet et compte utiliser le gaz et le phosphate pour cela. D’un montant de 1,4 milliard de dollars Us, l’usine attendue en 2029, va produire 1, 2 million de tonnes, couvrant largement les 80 mille tonnes dont le Sénégal a besoin.

Dans le cadre de la mise en place du projet Senegal Fertilizer Company (Sefco), Petrosen Trading & Services, en collaboration avec le gouvernement du Royaume-Uni à travers le programme Manufacturing Africa, a procédé hier à la restitution de deux études relatives à ce projet de construction d’une usine d’urée, un engrais azoté entièrement importé au Sénégal à raison d’environ 100.000 tonnes par an. Il s’agit, en effet, d’une étude de marché et d’une étude qui examine le potentiel de captage du carbone de cette usine dont la mise en service pourrait intervenir en 2029.

Le projet Sefco vise ainsi à valoriser localement le gaz découvert au large du Sénégal afin d’atteindre l’autosuffisance en urée et de mieux valoriser son phosphate, à travers notamment la formulation d’engrais de mélange Npk. L’étude de marché a notamment permis de confirmer la compétitivité de la future usine Sefco par rapport aux autres exportateurs mondiaux d’urée et la deuxième étude a permis d’évaluer que près de 17 millions de tonnes de Co2 pourraient être captées au cours des 30 ans d’exploitation de l’usine.

ADVERTISEMENT

« Ce projet est l’un des plus importants du Sénégal de par sa taille et par son investissement. On parle de 1,5 milliard de dollars qu’il va falloir investir et sa production sera de 1,2 million de tonnes d’urée. L’urée est un engrais azoté et aujourd’hui, le Sénégal est importateur d’urée. On parle de 70 à 100.000 tonnes qui sont importés chaque année avec des subventions de l’ordre de 40 milliards francs Cfa que le gouvernement doit supporter pour permettre à nos paysans de pouvoir bénéficier de ce fertilisant. Nous avons développé ce projet qui à l’horizon 2029 devrait nous permettre d’atteindre l’objectif d’autosuffisance en urée et surtout, de pouvoir inverser la balance des paiements. Au lieu d’importer, nous allons exporter dans les pays limitrophes comme le Mali, le Burkina Faso, la Côte d’Ivoire, le Ghana et des pays comme les Usa et le Brésil. C’est un projet très impactant », a déclaré Manar Sall, Directeur général de Petrosen Trading & Services qui travaille sur ce projet depuis 2022.

ADVERTISEMENT

Témoin d'un événement? Contactez-nous directement sur nos réseaux sociaux ou via:

Email: temoin@pulse.sn

ARTICLES SUGGÉRÉS

Ressources minières : les graves révélations de Me Ngagne Demba Touré

Desert to Power : le Sénégal parmi les 11 pays bénéficiaires

"Desert to Power" : le Sénégal parmi les 11 pays bénéficiaires

Amadou Bâ quitte Macky Sall et l'APR...

Amadou Bâ quitte Macky Sall et l'APR...

Richard Toll : un accident de travail coûte la vie à un agent de la CSS

Richard Toll : un accident de travail coûte la vie à un agent de la CSS

Un accident sur l’Autoroute de l’avenir fait un 1 mort et plusieurs blessés

Un accident sur l’Autoroute de l’avenir fait un 1 mort et plusieurs blessés

Noyade à la plage de Mermoz : le corps du lycéen toujours introuvable 48H après

Noyade à la plage de Mermoz : le corps du lycéen toujours introuvable 48H après

Rebondissement dans l'affaire Didier Badji

Rebondissement dans l'affaire Didier Badji

La CIJ ordonne à Israël de cesser « immédiatement » ses opérations militaires

La CIJ ordonne à Israël de cesser « immédiatement » ses opérations militaires

CEDEAO : Mouhamed Sagna désigné auditeur en chef des comptes communautaires

CEDEAO : Mouhamed Sagna désigné auditeur en chef des comptes communautaires

ADVERTISEMENT