Habib Sy accuse: Le Sénégal a inclus le "sexe tarifé" dans le calcul de son PIB

Pour cet ancien lieutenant du président Wade, le gouvernement du Sénégal a gonflé son PIB en y incluant les revenus générés par la prostitution.

Habib Sy

La prostitution n'est pas qu'un sujet de société, elle est aussi un sujet économique. Une preuve ? Habib Sy accuse le gouvernement sénégalais de truquer ses comptes publics en réévaluant son PIB en y intégrant la richesse des prostituées.

« L’Etat a même inclus l'apport des travailleurs du sexe. Ils ont copié ce que font les occidentaux. Cela ne m'étonnerait pas que demain l'apport des gays soient inclus dans la formation du PIB », a déclaré l’ancien Dircab du Président Wade. Habib Sy était l’invité du Grand Oral de Rewmi Fm.

Il rembobine : « L'industrie du "sexe tarifé" se fait dans certains pays et c'est une manière pour le gouvernement de dire que nous avons un PIB assez élevé et ça diminue le ratio de la dette par rapport au PIB (…). Vous allez continuer à vous endetter de façon perpétuelle et c'est ce qui explique que malgré le taux de croissance ceci n'a pas d'influence sur le vécu quotidien des populations. Et ça, c'est de l'arnaque au niveau international. »

H. Sy conclut que l'approche économique de la prostitution est biaisée par des considérations idéologiques. Quid des impôts. L’ex-maire de Linguère révèle qu’au Sénégal il n'y a que 30% des imposables qui payent l'impôt.

REJOIGNEZ LA COMMUNAUTÉ PULSE!

Témoin d'un événement? Contactez-nous directement sur nos réseaux sociaux ou via:

Email: temoin@pulse.sn