Rap US : ces artistes qui sont passés d’élève à mentor

Dans toute l’histoire du rap américain, la sagesse musicale a toujours été insufflée d’une génération à une autre. C’est ce qui continue de faire d’ailleurs la résistance et l’émergence du game. Il est donc clair qu’il y a de véritables avantages à passer des moments sous l’arbre d’apprentissage.

Best paid rappers

En passant par les artistes de l’ancienne génération à ceux d’aujourd’hui, cette situation s’est maintes fois répétée. Pour plus de précision, nous nous intéressons à ceux qui sont passés de l’étape d’élève au stade de mentor. En termes clairs, vous découvrirez dans ce billet, ces icônes qui ont investi dans leurs mentors, tout comme leurs maîtres l’ont fait pour eux.

  • Jaz-O à Jay-Z

Avant d’être une véritable idole dans le rap game américain, Jay-Z n’était qu’un talent à l’état brut. Au début de sa carrière musicale, Sean Carter, comme il s’appelle à l’état civil, a été assez intelligent pour comprendre que seul son talent embryonnaire ne suffirait pas. Ainsi, la future légende a décidé de s’accrocher aux bras de ceux qui ont déjà des expériences avérées dans le game.

Ayant grandi aux côtés de Jay-Z dans le quartier de Marcy Houses, Jay-O est sans doute l’une des personnes ayant le plus connu la superstar dans ses jeunes années. Il s’est avéré que son influence serait éclipsée par l’élève qu’il a rencontré avec son ami Clyde « Nike » Harewood. Il s’agit en l’occurrence de Jay-Z. Au cours de la rencontre, l’ami de Jaz soutenait que son futur mentoré serait un hitmaker en herbe. C’est à cette occasion de démonstration que le maître a décidé de garder un œil sur lui.

ADVERTISEMENT

Quelques semaines après ladite réunion, Jaz décide d’accorder à Jay (alors connu sous le pseudo de Jazzy) une première chance d’être un rappeur. Cela s’est fait notamment remarquer sur un long métrage sur Hawaiien Sophie. Au moment où il lançait son deuxième projet à succès en 1990, Jay-Z gagne deux différentes places qui lui ont permis de faire ses preuves sur des singles comme The Originators. Ainsi, Jazzy d’alors a réussi à créer sa propre image dans le game avant de s’engager dans une longue querelle avec son mentor.

  • Jay-Z à Kanye West

Si Jay-Z a été un résultat de Jay-O, il n’a pas cessé d’étendre également ses ailes à d’autres artistes qui l’ont suivi. La preuve, jusqu’à ce jour, Kanye West ne cesse de dire qu’il le considère comme son « grand-frère », son producteur numéro 1 et surtout comme son « mentor ». Le rappeur basé à Chi-Town a sorti cette déclaration pour la première fois en 2006 pour exprimer sa joie d’être à Roc-A-Fella.

Très tôt, la filiale de Kanye West est devenue une référence pour des voix résonnantes de l’industrie du hip-hop. Cela est dû à la capacité du rappeur d’Atlanta à apporter un coup de pouce à la carrière des futures stars. C’est ainsi qu’il associe des artistes tels que Common on Be et la superstar John Legend. Outre ceux-ci, il a réussi à attirer également l’attention d’autres talents émergents.

  • Birdman à Lil Wayne

En début de sa carrière, le futur PDG de Young Money s’est vu accorder un contrat d’enregistrement à l’âge de 12 ans. En effet, cet adolescent qui allait devenir le king du hip-hop au milieu des années 2000 a reçu la bénédiction de Birdman. Ce dernier, voyant du talent en lui à cet âge, a su se muer à la fois en son patron, mais également en une figure paternelle.

“Je voulais juste l’aider parce qu’il vit ma vie… ” disait-il. “Je viens de voir un frère avec un certain talent et je voulais l’aider. Et c’est ce que j’ai fait ”. Ainsi, c’est grâce à ce mentorat que Wayne est devenu la star la plus rentable de Cash Money. En 2005, Weezy, grâce à ses projets bien accueillis du public, reçoit sa propre empreinte Young Money. C’est justement avec cela qu’il s’est lancé dans la création de son propre empire.

  • Dr. Dre à Eminem

Vers la fin des années 90, Dr. Dre se retrouvait déjà sur un terrain assez florissant. Il avait réussi à sortir une série de singles qui faisaient énormément parler de lui. Pendant ce temps, Eminem vit encore dans des conditions précaires. Les choses vont commencer par changer pour lui après qu’un assistant d’Interscope a reçu une démo de lui.

Cela s’est rendu possible grâce après son set aux Jeux Olympiques du rap de 1997. Effet, cet assistant va jouer la démonstration de Marshall Bruce Mathers III, comme il s’appelle à l’état civil, auprès de Jimmy Lovine. Ce dernier à son tour la porte à la connaissance de Dr. Dre. C’est ainsi que le producteur place Em sous son radar en participant ainsi à sa réussite musicale.

Le témoignage de l’interprète de « I’m not affraid » constitue d’ailleurs une preuve de son accompagnement. « Je te regarde Dre., comme, mec, je te vois tout le temps à la télévision », a déclaré Eminem sur The Defiant Ones de HBO. « Tu es l’une de mes plus grandes influences dans la vie… C’est le plus grand producteur… Je voulais juste m’assurer que pour chaque beat qu’il me joue, j’ai une rime prête pour ça. »

ADVERTISEMENT

Témoin d'un événement? Contactez-nous directement sur nos réseaux sociaux ou via:

Email: temoin@pulse.sn

ADVERTISEMENT