Poop-shaming : Avez-vous honte de faire caca au travail ?

Une étude publiée le 19 mai 2022 par l’Ifop pour la société Diogène exprime le malaise des salariés français pour aller se soulager au travail. Face à cela, ces derniers ont développé des stratégies pour combattre le "poop-shaming".

Aller aux toilettes

Nombreux sont celles et ceux qui sont gêné.e.s de se rendre aux toilettes sur leur lieu de travail pour effectuer la grosse commission. Si vous faites partie de ces gens, alors vous avez été victime de "poop-shaming".

En effet, selon une étude de l’Ifop réalisée pour Diogène France, “44% des salariés (français, ndlr.) se retiennent d’aller à la selle sur leur lieu de travail”. À cela s’ajoute “53% des salariés (qui) ont déjà ressenti de la gêne en déféquant sur leur lieu de travail.”

  • Les femmes plus gênées que les hommes

Selon l’étude, 60% des femmes se déclarent gênées d’aller à la selle au bureau contre 44% des hommes. Une tendance qui se confirme chez les femmes de moins de 40 ans.

Fait remarquable, il est carrément impossible pour une femme sur deux de le faire au travail, tandis que ce n’est seulement le cas que pour 30% des hommes interrogés.

De manière générale, les hommes ont également moins tendance à se retenir. 57% des salariés font leurs besoins dès qu’ils ont envie d’y aller, contre seulement 38% des salariées femmes.

La présence de collègues dans la pièce est aussi un élément déterminant: 46% des femmes déclarent avoir déjà renoncé à déféquer en voyant un collègue entrer aux toilettes contre 35% des hommes.

  • Les stratégies adoptées 

Pour tenter de palier la gêne occasionnée, les salariés utilisent plusieurs techniques: le classique spray désodorisant (16%) ou l’allumette (9%) pour camoufler l’odeur. 44% des femmes se dépêchent pour faire passer leur pause caca en pause pipi, contre seulement 33% des hommes.

Ce n’est pas tout, 53% des répondants ont déclaré avoir utilisé les toilettes de leur domicile à la dernière minute, quitte à être retard, 36% ont utilisé d’autres toilettes de leur société, à un autre étage par exemple et 21% se sont rendu hors de leur lieu de travail pour se soulager. Une personne sur cinq (21%) a également déclaré être déjà rentré pendant la pause déjeuner ou même terminé plus tôt leur journée afin d’éviter de faire leurs besoins au bureau.

  • La propreté

La propreté des toilettes est également une raison pour laquelle de nombreux salariés ne sont pas très friands de faire leur grosse commission au bureau. En effet, 55% des personnes interrogées trouvent les toilettes de leur lieu de travail trop sales, 45% les jugent insuffisamment isolées du reste des locaux, 42% nauséabondes, 36% trouvent qu’il n'y a pas assez de papier toilette et 17% les trouvent pas assez sûres.

*L'étude a été réalisée sur 1003 personnes, représentatifs de la population française salariée et âgés de 18 ans et plus, qui ont répondu à un questionnaire en ligne.

Témoin d'un événement? Contactez-nous directement sur nos réseaux sociaux ou via:

Email: temoin@pulse.sn

ARTICLES SUGGÉRÉS

Espagne et Japon en 8èmes de finale, l’Allemagne out

Espagne et Japon en 8èmes de finale, l’Allemagne out

Assemblée nationale : une député giflée en pleine plénière

Assemblée nationale : une député giflée en pleine plénière

Pape Alé Niang prend une décision radicale !

Pape Alé Niang prend une décision radicale !

Kolo Touré, premier Africain à entrainer un club anglais

Kolo Touré, premier Africain à entrainer un club anglais

ARMP : Abdoulaye Baldé épinglé pour sa gestion 2020

ARMP : Abdoulaye Baldé épinglé pour sa gestion 2020

Mondial 2022 : les fans accusent les arbitres de favoriser Messi et Ronaldo

Mondial 2022 : les fans accusent les arbitres de favoriser Messi et Ronaldo

Le Sénégal va toucher une belle somme pour sa qualification en 8es

Le Sénégal va toucher une belle somme pour sa qualification en 8es

Koulibaly et Gana en guerre contre l'Angleterre

Koulibaly et Gana en guerre contre l'Angleterre

Mairie de Dakar : Wardini au cœur d'une nébuleuse de plus de deux milliards FCFA

Mairie de Dakar : Wardini au cœur d'une nébuleuse de plus de deux milliards FCFA