"Lèvres roses" sur le sexe : la nouvelle tendance chez les hommes

Avoir les lèvres roses et s'appliquer "les lèvres roses" sur le pénis est une nouvelle tendance qui se généralise chez les hommes.

Levre rose

Aujourd’hui, certains jeunes hommes, par souci d’esthétique, appliquent sur leurs glands, un baume à base de produits décapants dénommé, L’alerte a été lancée sur la page Facebook du groupe « Rumeurs Sénégal »visitée par l'OBS. « J’utilisais le baume dépigmentant « lèvres roses » sur mon sexe. Mais je constate que depuis peu, je commence à développer une infection. Je remarque des sécrétions au niveau du gland et j’ai également constaté de petits trous dessus. J’ai peur et je souffre. J’éprouve d’énormes difficultés pour pisser parce que c’est douloureux, j’ai trop mal », écrit un internaute. Poursuivant, le jeune homme avertit : « Je ne suis pas le seul dans la situation. Je connais d’autres garçons qui utilisent des produits pour se dépigmenter leurs parties génitales en générale pour que le gland devienne rose comme l’effet que le baume est censé avoir sur les lèvres ».

Aussi surprenant et saugrenu que cela puisse être, sous nos cieux, il existe sur le marché des produits destinés à la dépigmentation des lèvres. Communément appelé « lèvres roses », ce produit commercialisé entre 1000 et 5000 francs Cfa est une tendance qui fait fureur. Fabriqué de façon artisanale par des « chimistes » avec comme base des produits dépigmentants comme le mercure ou encore des dermocorticoïdes ou encore de l’hydroquinone, Il est très prisé.

Pourtant, ce baume, jadis utilisé par les femmes comme par les hommes, afin d’avoir des lèvres plus hydratées, pulpeuses et surtout beaucoup plus roses, est aujourd’hui dénaturé. Au Sénégal, les baumes « lèvres roses » en plus d’être utilisés sur les lèvres sont, aujourd’hui, appliqués sur le gland du pénis. Une tendance dangereuse qui cache de multiples conséquences aux effets dévastateurs.

ADVERTISEMENT

Sur le réseau social Tiktok, des vidéos qui alertent sur cette nouvelle tendance foisonnent. « Au Sénégal, il y a des hommes qui appliquent les baumes dits «lèvres roses», non pas sur leurs lèvres, mais sur leur gland afin d’avoir une couleur beaucoup plus rose. Quel est le but d’une telle pratique ? De l’insouciance ou de l’impolitesse, mais les conséquences sont dévastatrices », indique l’homme. Poursuivant son alerte, le tiktokeur avertit : « Les hommes qui appliquent les baumes dits «lèvres roses» sur leur gland du pénis commencent à développer des infections, ils finiront par avoir le cancer de leurs parties génitales et auront leurs vies complètement détruites. »

Une enquête de L'OBS sur la question à l’Institut Pasteur sur la composition de ce produit acheté à 1000 francs est effarant. Le produit est sans date de péremption et le nom du fabricant aussi inconnu. Ce produit a été fabriqué de façon artisanale avec des compositions inconnues

  • «Herpès, impuissance sexuelle, atrophie du pénis et des testicules, autant de complications »

« Ce phénomène est tout à fait nouveau et demeure grave, vu la gravité médicale et ses conséquences dans le long terme », confie d’emblée Omar Seydou Sow, dermatologue. Généralement, les produits dépigmentants peuvent contenir des éléments comme le mercure, les dermocorticoïdes de classe forte ou de l’hydroquinone. Or, « ces éléments peuvent entraîner des complications infectieuses. Les infections peuvent être bactériennes, mycosiques ou virales », indique le dermatologue à l’hôpital de Keur Massar.

S’agissant de l’infection virale, le dermatologue explique : « L’infection bactérienne est due à l’immunité locale qui va entraîner une fragilisation. Cette infection survient car des microbes colonisent de façon aiguë ou chronique les glandes situées le long de l'urètre masculin». Pour les infections mycosiques : «Des champignons peuvent s’implanter plus facilement et se développer sur le gland ». Pour les infections virales, « nous avons l’herpès ».

En plus de ces infections, il y a d’autres complications liées à la nature même de ces baumes. « Ces complications vont entraîner des atrophies locales et loco-régionales». Pour les atrophies locales sur le point d’application, on peut avoir « une hypotrophie du pénis et des zones d’atrophie du pénis qui se caractérisent par une diminution de la taille et de la fermeté du pénis, ce qui peut rendre les érections moins satisfaisantes et engendrer des conséquences dans la sexualité de l’homme », renseigne la blouse blanche. Quid des complications loco-régionales ?

« Avec la proximité des organes génitaux notamment des testicules, l’application des baumes dits « lèvres roses » entraîneraient une atrophie des testicules. Donc, une complication hormonale chez l’homme. Ceci va engendrer des complications d’ordre hormonale et donc, une diminution des hormones virilisantes avec toutes les conséquences de virilité comme l’impuissance sexuelle ».

Les complications peuvent aussi être d’ordre urologique : « Les infections peuvent se développer et de façon ascendante, aller jusqu’à la vessie ou l’appareil urinaire. On peut avoir des infections des testicules ou rénales. Des raisons suffisantes pour arrêter immédiatement cette application détournée des baumes dits «lèvres roses» sur les parties génitales ».

  • «Des infections urinaires, une baisse de la libido, un fort risque de transmission sexuelle»

Abdoulaye Ndiath est plus catégorique. Pour l’urologue, «aucun produit ne doit être appliqué sur le gland, encore moins un produit à base d’éléments décapants.

C’est formellement interdit». Le spécialiste enchaîne : “Le gland est très proche du méat urétral qui est situé à l'extrémité de l'urètre (au niveau du gland pénien chez l'homme, de la vulve chez la femme). Il permet l'écoulement de l'urine contenue dans la vessie à l'extérieur de l'organisme. Si on le manipule avec ces baumes dits «lèvres roses», il y a un risque d’infection urinaire et urogénitale».

Le gland étant la partie du pénis qui est la plus sensible, « l’application de ces baumes dits « lèvres roses » peut diminuer la sensibilité au niveau de cette zone. Ces gens qui effectuent ces manipulations peuvent souffrir d’une baisse de la libido ». De plus, «ces produits peuvent aussi être très cancérigènes, donc, il faut les éviter. Les gens qui utilisent ces baumes sur leur gland sont sujets à plusieurs risques ».

Pire, les partenaires de ces hommes peuvent être, elles aussi, contaminées. « Si le rapport se fait par contact direct, sans protection, l’homme peut transmettre ses infections urogénitales à ses partenaires. Le risque de transmission est clair ».

ADVERTISEMENT

Témoin d'un événement? Contactez-nous directement sur nos réseaux sociaux ou via:

Email: temoin@pulse.sn

ARTICLES SUGGÉRÉS

Guy Marius : «Macron sait que Diomaye balaiera tous les soldats français»

Guy Marius : «Macron sait que Diomaye balaiera tous les soldats français»

Mairie de Ziguinchor : un Conseil municipal convoqué le 27 juin pour remplacer Sonko

Mairie de Ziguinchor : un Conseil municipal convoqué le 27 juin pour remplacer Sonko

Trafic international de drogue : le rappeur AKBess placé sous mandat de dépôt

Trafic international de drogue : le rappeur AKBess placé sous mandat de dépôt

Euro 2024 : le Portugal qualifié en 8e

Euro 2024 : le Portugal qualifié en 8e

Mali : mandat d'arrêt contre l'islamiste Iyad Ag Ghaly

Mali : mandat d'arrêt contre l'islamiste Iyad Ag Ghaly

Culture : le pagne tissé, un tissu sacré en Afrique !

Culture : le pagne tissé, un tissu sacré en Afrique !

Diamniadio: un corps d'homme retrouvé calciné dans un hôtel-bar

Diamniadio: un corps d'homme retrouvé calciné dans un hôtel-bar

CAN 2025 : la CAF confirme le report en 2026

CAN 2025 : la CAF confirme le report en 2026

Sénégalais abattu en Allemagne :  nouvelles révélations accablantes

Sénégalais abattu en Allemagne : nouvelles révélations accablantes

ADVERTISEMENT