Autoroute à péage vs RN1: Sonko, Guy et Abdoul Mbaye chargent Macky

Les réactions n'ont pas tardé après les propos du Président Macky Sall déclarant à l'endroit des usagers de l'autoroute à péage : "Si vous ne voulez pas payer, il y a une route alternative à côté".

President Macky Sall

Selon Abdoul Mbaye, "le Président Macky Sall n’a pas encore compris que le péage en autoroute n’est pas le choix de la qualité mais rémunère un investissement privé qui propose un gain de temps. L’Etat normal continue de devoir des routes bien construites et bien entretenues aux usagers". Selon le leader de l'Act, "les routes avec des trous mettent en cause la sécurité routière provoquant parfois des morts. C’est l’option que Macky Sall réserve à ceux qui ne peuvent payer le péage. Pauvre Sénégal! Où est donc passé l’Etat protecteur?"

Sur sa page Facebook, Guy Marius également fustige: "Après avoir volé l'argent du Sénégal et laissé l'impérialisme piller nos ressources, c'est normal que les routes du peuple sénégalais - quand ce peuple en a - soient trouées et sans sécurité. De manière décomplexée, le président Macky Sall vient de nous avouer qu'au Sénégal il y a des routes à deux vitesses. Une pour les pauvres sénégalais et une autre pour les riches et les voleurs du peuple Sénégalais. De même qu'il y a deux écoles, deux universités, deux hôpitaux, deux justices... C'est maintenant officiel! La devise du Sénégal n'est pas "Un peuple, un but, une foi" mais "Deux peuples, deux buts, deux fois".

Ousmane Sonko, dans une lettre titrée « UN LION ÉGARÉ EN PLEINE SAVANE ! » ne l’a pas raté. « Tristes propos sortis de la bouche d’un homme « élu » par un peuple pour assurer une offre de biens et services publics satisfaisante et équilibrée à tous. Au-delà de la forme, déplorable comme souvent, monsieur Macky Sall a totalement faux dans le fond », a écrit le leader de Pastef les Patriotes.

Selon lui, il est tout à fait admis qu’un péage soit la rémunération, la contrepartie d’un investissement public ou privé offrant un gain de temps à l’usager. Sauf, précise Ousmane Sonko : « une autoroute n’est pas forcément payante car partout dans le monde, il existe des réseaux gratuits de qualité à côté des péages ». De l’avis de Sonko, ce que le chef de l’Etat ignore, c’est que les concessions d’autoroutes n’exonèrent pas les pouvoirs publics (États et collectivités locales) de leurs responsabilités par ailleurs, mais au contraire, doivent leur permettre de mieux se consacrer à l’amélioration des infrastructures secondaires. A son avis, pour le cas de l’autoroute à péage Dakar-Diamniadio, il s’agit d’une grosse arnaque contre le citoyen sénégalais. Revenant sur le financement, il le répartit ainsi : « État du Sénégal 181 500 000 000, (49,39%), Banque Mondiale : 52 500 000 000, (14,29%) BAD : 33 200 000 000, (9,03%) AFD : 39 300 000 000, (10,69%) EIFFAGE : 61 000 000 000, (16,6%)».

REJOIGNEZ LA COMMUNAUTÉ PULSE!

Témoin d'un événement? Contactez-nous directement sur nos réseaux sociaux ou via:

Email: temoin@pulse.sn