Bamako versus Paris

Paris menace, tape sur la table et entre dans une colère noire, soutient avec beaucoup d’engagement les sanctions de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (Cedeao) contre le Mali. Bamako accuse le coup et reste de marbre encouragé par une opinion nationale et africaine qui, en majorité, va aux antipodes des autorités hexagonales.

membres-force-Takuba-annonce-jeudi-17-fevrier-retrait-detroupes-Mali 0

.

Le ministre français des Affaires étrangères snobe les autorités maliennes et souligne leur «irresponsabilité», Assimi Goïta fait convoquer l’ambassadeur de la France au Mali qui a fini par être expulsé. Paris en furie, menace de retirer ses troupes, se fixe des perspectives. Bamako met Paris devant ses responsabilités et demande à la France de "retirer sans délai" ses soldats du Mali. Une réponse sciemment servie, adroitement provocatrice si l’on sait que le président Emmanuel Macron, avait évoqué la veille « un retrait échelonné » sur les prochains mois. Une guerre des nerfs, une passe d’armes rondement entretenues.

Si les militaires au pouvoir au pouvoir qualifient le désengagement français de "violation flagrante" des accords entre les deux pays, c’est qu’ils sont d’avis que les résultats de neuf ans d'engagement français au Mali "n'ont pas été satisfaisants".

Ils sont tout aussi conscients qu’un retrait sans délai des forces Barkhane et Takuba , « sous supervision des autorités maliennes », est impossible. Il faudrait en du temps à Paris pour un retrait définitif. Bamako veut juste éviter de perdre l’initiative. Assimi Goïta est d’autant plus à l’aise qu’il évite de se mettre en vedette tout en procédant à une parfaite distribution des rôles. Il ne montre aucun signe de faiblesse et suit un timing et un tempo qui ne débordent pas. Une stratégie de communication qui lui réussit jusqu’ici. Des négociations s’imposent dans la mesure où l’escalade ne peut pas durer… à long terme.

Au moment de s’asseoir autour d’une table, Bamako voudrait que Paris lui donne toute l’attention et le respect qu’il mérite. Paris a peut-être compris qu’il n’a plus le choix.

ADVERTISEMENT

Témoin d'un événement? Contactez-nous directement sur nos réseaux sociaux ou via:

Email: temoin@pulse.sn

ARTICLES SUGGÉRÉS

C'est la France qui a lancé un mandat d'arrêt international contre Gabrielle Kane

C'est la France qui a lancé un mandat d'arrêt international contre Gabrielle Kane

Véhicules de la Présidence volés : Nafissatou Diouf blanchie

Véhicules de la Présidence "volés" : Nafissatou Diouf blanchie

Baisse des prix : le gouvernement  rend publiques ses mesures jeudi 13 juin

Baisse des prix : le gouvernement rend publiques ses mesures jeudi 13 juin

Président Diomaye procède à de nouvelles nominations

Président Diomaye procède à de nouvelles nominations

Les comptes de Walfadjri (aussi)  bloqués

Les comptes de Walfadjri (aussi) bloqués

Séquestration de Paul Pogba : le parquet demande un procès pour son frère Mathias

Séquestration de Paul Pogba : le parquet demande un procès pour son frère Mathias

Dépression du vagin :  une vulvodynie méconnue des femmes

Dépression du vagin : une vulvodynie méconnue des femmes

Touba : un employé d'une école, abuse d'une fille de 9 ans

Touba : un employé d'une école, abuse d'une fille de 9 ans

Marseille : Iliman Ndiaye reste, Ismaïla Sarr sur le départ

Marseille : Iliman Ndiaye reste, Ismaïla Sarr sur le départ

ADVERTISEMENT