Isabel Dos Santos : la femme la plus riche d'Afrique impliquée dans un nouveau scandale

La fille de l'ancien président de la République d'Angola, José Eduardo dos Santos est poursuivie en justice par Unitel pour des prêts non remboursés.

Isabel dos Santos, s'adresse aux journalistes avant de prêter serment en tant que directeur général de la société pétrolière nationale Sonangol à Luanda, en Angola, le 6 juin 2016. REUTERS/Ed Cropley

Isabel Dos Santos, considérée comme la femme la plus fortunée d'Afrique, est une fois de plus au centre d'un scandale financier. La Haute Cour de Londres a révélé jeudi que la fille du milliardaire et ancien président de l'Angola, Isabel dos Santos, pourrait être directement impliquée dans une action en justice intentée par l’opérateur de télécommunications angolais Unitel pour un montant de 400 millions de dollars.

En 2020, Unitel a lancé des poursuites contre Unitel International Holdings (UIH), une société néerlandaise détenue par Isabel dos Santos, en raison de prêts octroyés en 2012 et 2013. Ces prêts, destinés à soutenir l'acquisition d'actions de sociétés de télécommunications par UIH, n'ont pas été remboursés selon les avocats d'Unitel.

Ainsi, un solde d'environ 395 millions de dollars, plus les intérêts, demeure impayé. Il convient de noter que malgré la similitude de nom, les deux entreprises sont totalement distinctes et dos Santos a quitté son poste de directrice d'Unitel en 2020.

Les avocats d'Unitel allèguent que dos Santos aurait enfreint ses obligations en tant que directrice d'Unitel. Toutefois, les représentants légaux de dos Santos ont nié fermement toute violation de ses obligations en tant que directrice, comme l'indiquent les documents judiciaires déposés par son avocat Richard Hill.

Les avocats d'Isabel dos Santos ont également affirmé que Unitel était responsable de l'incapacité de UIH à rembourser les prêts en raison de son prétendu rôle dans la « saisie illégale par l'État angolais des actifs d'UIH ». Unitel rejette toute implication dans la confiscation des actifs.

ADVERTISEMENT

Il convient de rappeler qu'Isabel dos Santos est depuis longtemps confrontée à des accusations de corruption. L'Angola l'accuse, elle et son mari, d'avoir détourné un milliard de dollars de fonds publics vers des entreprises dans lesquelles ils avaient des intérêts lorsque son père était président, notamment Sonangol, la plus grande compagnie pétrolière du pays. Ses avoirs en Angola, d'une valeur d'environ un milliard de dollars, ont été confisqués l'année dernière, tandis que d'autres biens liés à ses activités ont été saisis au Portugal. Isabel dos Santos, qui déclare résider à Dubaï, rejette catégoriquement toutes les accusations portées contre elle.

ADVERTISEMENT

Témoin d'un événement? Contactez-nous directement sur nos réseaux sociaux ou via:

Email: temoin@pulse.sn

ADVERTISEMENT