La BAD prévoit la fin de l’insécurité alimentaire en Afrique d'ici 5 ans

L'insécurité alimentaire en Afrique pourrait devenir un lointain souvenir d'ici cinq ans, grâce à un engagement majeur de la Banque africaine de développement (BAD) qui s'est fixée l'objectif ambitieux de 25 milliards de dollars.

Dr. Akinwumi A Adesina, Président du Groupe de la Banque africaine de développement.

Le président de la BAD, Akinwumi Adesina, estime que cet objectif est sur la bonne voie, soulignant que la BAD soutient déjà des programmes dans plus de 30 pays africains, contribuant ainsi à la production de près de 12 milliards de dollars de denrées alimentaires.

« En ce qui me concerne, nous ne devrions pas parler d'insécurité alimentaire en Afrique dans plus de cinq ans. Il n'y a aucune raison de le faire », a déclaré le président de la BAD lors d'une entrevue avec l'agence de presse américaine Reuters.

« Nous avons la technologie et le financement pour le faire à grande échelle », a-t-il ajouté.

Selon la même source, l'invasion de l'Ukraine par la Russie en février 2022, l'un des principaux exportateurs mondiaux de céréales, a provoqué des secousses sur les marchés mondiaux des céréales, menaçant ainsi l'approvisionnement alimentaire de nombreuses nations vulnérables, dont plusieurs pays africains. Le développement du phénomène climatique El Niño et l'échec d'un accord visant à acheminer des céréales depuis l'Ukraine via la mer Noire ont aggravé les problèmes de sécurité alimentaire à l'échelle mondiale.

ADVERTISEMENT

M. Adesina a également mentionné l'expansion des zones spéciales de traitement agro-industriel, notamment au Nigeria, où elles pourraient passer de huit à 35 États, à la suite d’une demande récente. Ces zones spéciales sont des régions rurales où le développement des infrastructures est une priorité, visant à attirer les entreprises agroalimentaires.

« Vingt-sept autres États du Nigeria nous ont demandé de continuer à les soutenir dans ce domaine particulier », a déclaré le président de la BAD.

Selon la BAD, l'insécurité alimentaire a un impact dévastateur en Afrique, touchant 216 millions d'enfants qui souffrent de sous-nutrition et de retard de croissance. Plus de la moitié des décès d'enfants sur le continent sont attribuables à une nutrition inadéquate, et le coût économique de cette situation est estimé à 11 % du PIB de l'Afrique.

En prévision des prochaines négociations internationales sur le climat qui auront lieu à Dubaï à la fin du mois de novembre, M. Adesina s'attend à ce que le conseil d'administration du Fonds monétaire international propose de débloquer 100 milliards de dollars de financement en faveur des pays vulnérables, à travers les banques multilatérales de développement.

La BAD se positionne ainsi en tant que leader dans la lutte contre l'insécurité alimentaire en Afrique, en s'engageant à investir massivement pour éradiquer ce fléau d'ici cinq ans. Les résultats de ces efforts seront scrutés de près par la « communauté internationale », alors que l'Afrique aspire à un avenir plus sûr et plus prospère sur le plan alimentaire.

ADVERTISEMENT

Témoin d'un événement? Contactez-nous directement sur nos réseaux sociaux ou via:

Email: temoin@pulse.sn

ADVERTISEMENT