Le Burkina abandonne le français comme langue officielle !

Le gouvernement burkinabè a adopté mercredi un projet de loi révisant la Constitution et consacrant désormais les langues nationales comme langues officielles à la place du français qui est relégué au rang de "langue de travail".

Capitaine Ibrahima Traoré

Le compte-rendu du Conseil des ministres précise que ce projet de loi "s’inscrit dans le cadre de la réalisation d’une des principales missions de la transition qui consiste à engager des réformes politiques, administratives et institutionnelles en vue de renforcer la culture démocratique et consolider l’État de Droit". Parmi les "innovations majeures" de ce nouveau texte figure "l’érection des langues nationales en langues officielles en lieu et place du français qui devient la langue de travail".

Plus tôt cette année, le Mali gouverné comme le Burkina par des militaires et qui entretient également des relations exécrables avec la France avait modifié sa Constitution par référendum et réservé le même sort au français. Ce projet de loi qui doit encore être voté par l'Assemblée législative de transition prévoit également "l’institution de mécanismes traditionnels et alternatifs de règlement des différends".

Le Conseil constitutionnel voit ses missions élargies tandis que des institutions sont supprimées comme la Haute cour de justice qui jugeait les hautes personnalités politiques ou le Médiateur du Faso. Enfin, la puissante Agence nationale du renseignement (ANR) voit son statut renforcé en étant désormais sanctuarisé dans la Constitution.

Depuis quelques mois, plusieurs manifestations pour l'adoption d'une nouvelle Constitution ont eu lieu dans le pays. Le capitaine Ibrahim Traoré arrivé au pouvoir en septembre 2022 avait promis une modification partielle de la Constitution il y a deux mois. "L’écriture d’une nouvelle Constitution est une question de souveraineté politique, économique et culturelle. Nul ne peut s’épanouir réellement à partir des concepts d’autrui", a déclaré vendredi le Premier ministre Apollinaire Joachimson Kyelem de Tambela, faisant allusion à des textes calqués sur la constitution française.

ADVERTISEMENT

Depuis l'arrivée au pouvoir du capitaine Traoré, le Burkina s'est éloigné de la France, ancienne puissance coloniale et partenaire historique tout en se rapprochant de Moscou. Depuis 2015, le Burkina est pris dans une spirale de violences perpétrées par les groupes djihadistes, qui frappaient déjà le Mali et le Niger voisins et qui ont fait plus de 17 000 morts.

ADVERTISEMENT

Témoin d'un événement? Contactez-nous directement sur nos réseaux sociaux ou via:

Email: temoin@pulse.sn

ARTICLES SUGGÉRÉS

Burkina Faso : « 170 personnes exécutées » dans des attaques de villages !

Burkina Faso : « 170 personnes exécutées » dans des attaques de villages !

Médina Yoro Foula : un enfant de deux ans périt dans un incendie, les récoltes consumées

Médina Yoro Foula : un enfant de deux ans périt dans un incendie, les récoltes consumées

Clédor Sène dément Farba Ngom

Clédor Sène dément Farba Ngom

Représentativité syndicale : Samba Sy refuse d’exécuter la décision de la Cour suprême

Représentativité syndicale : Samba Sy refuse d’exécuter la décision de la Cour suprême

Présidentielle après le 2 avril : l'UE met en garde Macky Sall

Présidentielle après le 2 avril : l'UE met en garde Macky Sall

La raison surprenante qui nous oblige à faire pipi toutes les nuits

La raison surprenante qui nous oblige à faire pipi toutes les nuits

Trafic aérien : les chiffres de l'OACI

Trafic aérien : les chiffres de l'OACI

Genre : vers la création d’un Conseil national des femmes !

Genre : vers la création d’un Conseil national des femmes !

Agression de Maimouna Ndour Faye : ce que dit l'enquête

Agression de Maimouna Ndour Faye : ce que dit l'enquête

ADVERTISEMENT