Pakistan : Les violeurs désormais castrés

Les députés pakistanais ont adopté une loi autorisant la castration chimique des violeurs récidivistes.

Femmes dans la rue au Pakistan pour dénoncer les cas de viol

Les violeurs reconnus coupables de récidive seront soumis à une castration chimique au Pakistan, après l’adoption d’une nouvelle loi à la suite d’une série d’attaques contre des femmes et des enfants à travers le pays. La nouvelle législation permettra également des condamnations plus rapides grâce à la création de tribunaux spéciaux qui accéléreront les affaires d’agression sexuelle. La législation forme une série de mesures, notamment la création d’un registre national des délinquants sexuels et la protection de l’identité des victimes.

Le projet de loi stipule également que le gouvernement doit établir des tribunaux spéciaux accélérés dans tout le pays pour entendre les affaires de viol et qu’ils devront rendre un verdict dans les quatre mois. Des cellules de crise anti-viol seront également créées dans les hôpitaux publics, où les victimes pourront enregistrer leur agression et bénéficier d’un examen médical dans les heures suivant le crime. Les personnes reconnues coupables de viol collectif seront condamnées à mort ou emprisonnées à perpétuité, et les récidivistes pourraient être soumis à une castration chimique.

Cette décision fait suite au tollé général suscité par l’augmentation des viols contre les femmes et les enfants au Pakistan et l’inefficacité des enquêtes et des poursuites engagées par la police dans ces cas de violences sexuelles. En décembre de l’année dernière, le président Arif Alvi a signé la législation après que le Premier ministre Imran Kahn et son cabinet l’aient approuvée. Mais le vote de mercredi 17 novembre à l’Assemblée nationale a définitivement adopté la mesure.

La castration chimique consiste à utiliser des médicaments pour réduire la testostérone et est utilisée pour les pédophiles en Indonésie depuis 2016 et les violeurs d’enfants en Pologne depuis 2006.La castration chimique est un procédé qui permet d’utiliser des médicaments afin de réduire l’activité sexuelle ou la libido. Notons que cette loi a suscité l’indignation de l’organisation internationale de défense des droits humains. « Au lieu d’essayer de détourner l’attention, les autorités devraient se concentrer sur le travail crucial des réformes qui s’attaqueront aux causes profondes de la violence sexuelle et donneront aux survivants la justice qu’ils méritent », plaide Amnesty.

REJOIGNEZ LA COMMUNAUTÉ PULSE!

Autoriser les notifications dans les paramètres du navigateur

Témoin d'un événement? Contactez-nous directement sur nos réseaux sociaux ou via:

Email: temoin@pulse.sn

ARTICLES SUGGÉRÉS

Quiz : quelles célébrités se cachent derrière ces photos ?

Quiz : quelles célébrités se cachent derrière ces photos ?

Assomption : pourquoi le lundi 16 août n'est pas un jour férié

Assomption : pourquoi le lundi 16 août n'est pas un jour férié

Hausse des prix: la taxe sur le sucre temporairement suspendue [document]

Hausse des prix: la taxe sur le sucre temporairement suspendue [document]

Voyages et loisirs

Sacré-Cœur : Voici comment le docteur Falla Paye a tué ses enfants

Sacré-Cœur : Voici comment le docteur Falla Paye a tué ses enfants

Bocar Samba Dièye sort vainqueur de son bras de fer contre la CBAO

Bocar Samba Dièye sort vainqueur de son bras de fer contre la CBAO

Keur Mbaye Fall: Un humanitaire français violait des mineurs défavorisés

Keur Mbaye Fall: Un humanitaire français violait des mineurs défavorisés

Magistrature : Un grand chamboulement en vue

Magistrature : Un grand chamboulement en vue

Dérives audiovisuelles : Jamra porte plainte contre Cirque noir

Dérives audiovisuelles : Jamra porte plainte contre "Cirque noir"