Mort de Nahel : rebondissement pour le policier qui a ouvert le feu

L’enquête sur la mort de Nahel se poursuit près de deux mois avoir que le jeune homme ait été tué lors d’un simple contrôle routier à Nanterre.

police

Le 5 juillet dernier, Le Parisien révélait le compte-rendu des interrogatoires du brigadier à l’origine du tir qui lui a coûté la vie. Au cours de ces auditions menées lors de sa garde à vue dans les locaux de la délégation Paris de l’Inspection générale de la police nationale (IGPN), Florian M., 38 ans, a raconté minute par minute la journée du 5 juillet : de son départ du commissariat de Nanterre jusqu’au contrôle routier de l’adolescent de 17 ans à bord d’une Mercedes « dont le moteur vrombissait et qui circulait dans la voie de bus ». Mis en examen pour homicide volontaire, le motard est écroué depuis le 29 juin.

Florian M., 38 ans, avait demandé sa remise en liberté le 6 juillet, une demande rejetée par la chambre de l’instruction. Il avait fait appel de cette décision le 1er août, selon la cour. La chambre de l’instruction de la cour d’appel de Versailles a confirmé cette semaine le maintien de sa détention, « conformément aux réquisitions du parquet général ». Furieux, son avocat, Laurent-Franck Liénard estime que « cette détention est illégale : elle n’est pas justifiée en droit ni en fait ». « [Florian M.] n’a rien à faire en prison : on se battra jusqu’à ce qu’il sorte », ajoute-t-il. Et fait savoir à l’AFP son intention de former « un pourvoi en cassation ».

Ces policiers mis en examen après la mort de Nahel

Au cours des nuits de violences urbaines provoquées par la mort de Nahel, un jeune homme de 27 ans a perdu la vie en marge des émeutes dans la soirée du 1er juillet à Marseille. Selon le parquet, « un homme avait pris la fuite […] poursuivi par Mohamed Bendriss à scooter qui avait tenté de prendre le sac dont il était porteur, contenant des marchandises volées dans ce commerce ». Alors qu’il longeait la colonne du Raid, il a été « atteint dans un laps de temps très court par deux tirs de LBD« , dont un, mortel, au niveau du thorax. Trois policiers ont été en examen ce jeudi 10 août pour « violences avec arme ayant entraîné la mort sans intention de la donner ».

ADVERTISEMENT

Témoin d'un événement? Contactez-nous directement sur nos réseaux sociaux ou via:

Email: temoin@pulse.sn

ADVERTISEMENT