Pourquoi les États-Unis ne ferment-ils pas Guantanamo ?

Le mois dernier, le Sénat américain a adopté la Loi sur l'autorisation de la défense nationale (NDAA) pour 2024, un projet de loi sur les crédits qui définit les priorités militaires et qui a toujours imposé des restrictions sur les mesures à prendre pour remédier aux abus commis à Guantánamo Bay.

Un détenu est escorté par des gardes militaires à la prison américaine de Guantanamo Bay, à Cuba, sur une photo de 2006.

Le projet de loi de cette année, comme ceux des années précédentes, prévoit l'interdiction de financer la fermeture du tristement célèbre camp de prisonniers, l'interdiction de financer le transfert des hommes incarcérés hors de la prison, l'interdiction de transférer des détenus vers l'Afghanistan, la Libye, la Somalie, la Syrie, le Yémen et les États-Unis, ainsi que l'interdiction de modifier les bâtiments de la prison.

Pour la 22e année, les mauvais traitements et l'absence de comptes à rendre à Guantanamo ont été codifiés sans qu'aucune fin ne soit en vue.

Non seulement la brutalité s'est poursuivie sous Obama, mais depuis 2010, les restrictions prévues par le NDAA, notamment en ce qui concerne le blocage des fonds nécessaires à la libération et au transfèrement des détenus de Guantánamo, se sont multipliées.

Pour un lieu dont la devise est « sûre, humain, légal, transparent », la prison de Guantanamo Bay est tout sauf cela. Créée sous le couvert de « l'état d'exception », c'est un lieu construit sur la violation du droit et qui continue d'être réglementé, paradoxalement, par le droit. Un ancien détenu, Nizar Sassi, a décrit la tristement célèbre prison comme un endroit où « vous n'avez même pas le droit d'avoir des droits ».

Plutôt que d'affecter des fonds à la perpétuation des abus commis à Guantanamo, les autorités américaines devraient répondre aux appels du rapporteur spécial et accorder des dédommagements aux victimes. Les États-Unis doivent fermer la prison et reconnaître la violence qu'ils y ont déchaînée. Tant qu'ils ne l'auront pas fait, aucun démenti ne pourra cacher la vérité sur Guantanamo Bay, qui restera, à juste titre, une épine dans le pied des Etats-Unis.

ADVERTISEMENT

Par Maha Hilal

Clause de non-responsabilité : les points de vue exprimés par l'auteur ne reflètent pas nécessairement les opinions, les points de vue et la ligne éditoriale de Pulse Sénégal.

ADVERTISEMENT

Témoin d'un événement? Contactez-nous directement sur nos réseaux sociaux ou via:

Email: temoin@pulse.sn

ADVERTISEMENT