Soldats américains tués en Jordanie : l’Iran réfute toute implication

L'Iran a réfuté ce lundi toute implication dans l'attaque au drone ayant tué trois militaires américains en Jordanie et affirmé qu'il ne recherchait pas «l'expansion» du conflit au Moyen-Orient.

US ARMY

«La République islamique ne souhaite pas l'expansion du conflit au Moyen-Orient», a déclaré le porte-parole du ministère des Affaires étrangères Nasser Kanani dans un communiqué, alors que le président américain Joe Biden a promis de répliquer après l'attaque pointant des groupes pro-Ira.

C’est la première fois que des soldats américains sont tués au Moyen-Orient depuis le début de la guerre entre Israël et le Hamas dans la bande de Gaza, faisant de nouveau craindre une escalade des tensions sur fond de guerre larvée entre Israël et l’Iran.

M. Kanani a réaffirmé que Téhéran n'était «pas impliqué dans les décisions prises par les groupes de résistance sur la manière avec laquelle ils soutiennent la nation palestinienne» dans le contexte de la guerre entre Israël et le Hamas dans la bande de Gaza après l'attaque sans précédent perpétré par le mouvement islamiste le 7 octobre.

Ces groupes «ne prennent pas d'ordre de la République islamique» et «ils décident de leurs actions sur la base de leurs propres principes», a-t-il insisté. Joe Biden a déclaré savoir que l'attaque avait été «menée par des groupes de combattants radicaux soutenus par l'Iran opérant en Syrie et en Irak» tandis que le chef de la diplomatie britannique David Cameron a appelé l'Iran à «la désescalade dans la région».

De telles déclarations «montrent» que des pays «sont influencés par des tiers, y compris le régime sioniste tueur d'enfants», a réagi M. Kanani, en référence à Israël. Le porte-parole iranien a également estimé que «la répétition de ces accusations sans preuves» était «une conspiration de ceux qui voient un intérêt à entraîner les Américains dans une nouvelle bataille dans la région, à l'expansion et à l'escalade de la crise pour dissimuler leurs problèmes».

ADVERTISEMENT

Depuis la mi-octobre, plus de 150 frappes de drones ou tirs de roquettes ont visé les soldats américains et ceux de la coalition, en Irak et en Syrie. La «Résistance islamique en Irak», nébuleuse de combattants issus de groupes armés pro-Iran, a revendiqué des «attaques menées dimanche à l'aube avec des drones» contre trois bases en territoire syrien, dont celles d'Al-Tanf et de Rukban, toutes proches du point où se rejoignent Irak, Syrie et Jordanie.

ADVERTISEMENT

Témoin d'un événement? Contactez-nous directement sur nos réseaux sociaux ou via:

Email: temoin@pulse.sn

ARTICLES SUGGÉRÉS

Déchéances - Saison2: voici la date de la diffusion du premier épisode

Déchéances - Saison2: voici la date de la diffusion du premier épisode

Thierno Bocoum : «les délais pour la tenue d'une élection ne se négocient pas»

Thierno Bocoum : «les délais pour la tenue d'une élection ne se négocient pas»

Sexy et sensuelle, Aicha Koné expose sa nouvelle poitrine dans des clichés torrides

Sexy et sensuelle, Aicha Koné expose sa nouvelle poitrine dans des clichés torrides

Adolescence: le cyber harcèlement et ses conséquences sur les ados

Adolescence: le cyber harcèlement et ses conséquences sur les ados

Les vergetures après l’accouchement : quelle solution pour les faire disparaître

Les vergetures après l’accouchement : quelle solution pour les faire disparaître

AIBD : les chiffres du trafic aérien

AIBD : les chiffres du trafic aérien

Thiès : un homme assomme le mari de sa 'maîtresse'

Thiès : un homme assomme le mari de sa 'maîtresse'

Vatican: le Pape François appelle à la paix en Afrique

Vatican: le Pape François appelle à la paix en Afrique

RDC : les USA accusent le Rwanda de soutenir le M23

RDC : les USA accusent le Rwanda de soutenir le M23

ADVERTISEMENT