Foncier : des nervis armés dictent leur loi à Keur Massar

Des bandes armées terrorisent les populations de Keur Massar. Elles accusent deux promoteurs privés d'être derrière ces incidents.

Nervis / Illustration

Une atmosphère de terreur règne sur le quartier de la Cité des Enseignants de Tivaouane Peulh, situé dans le département de Keur Massar. Les résidents vivent dans la peur, victimes d'agressions de la part de gangs armés.

Selon les témoignages recueillis par RFM, ces actes de violence seraient orchestrés par des individus recrutés par Mousso Dia et Mama Dia, deux promoteurs privés « qui veulent de force accaparer 65 parcelles dans la cité ».

Les habitants de la Cité des Enseignants de Keur Massar ont récemment dénoncé les agissements de ces promoteurs privés, pointant du doigt Mama Dia et Mousso Dia comme les instigateurs de ces actes criminels. Selon les informations, une trentaine de jeunes recrutés par ces promoteurs se sont livrés à des agressions brutales à l'encontre des résidents qui s'opposaient à leurs projets fonciers.

Le récit des témoins est terrifiant : armés de pierres, de barres de fer, de couteaux, d'armes à feu et de coupe-coupe, les agresseurs ont semé la panique parmi les habitants de la Cité des Enseignants.

Aliou Gningue, l'un des résidents, s'est exprimé sur RFM : « Les promoteurs privés s’appellent Mama Dia et Mousso Dia. Ils ont recruté une trentaine de jeunes pour attaquer les habitants de la Cité des Enseignants qui se sont opposés pour préserver leurs terres. Ces nervis sont venus samedi dernier vers 16 heures avec des pierres, des barres de fer, des couteaux, des armes à feu et des coupe-coupe pour attaquer les habitants de la Cité des Enseignants. Maintenant nous alertons les autorités étatiques pour que le promoteur Mama Dia nous laisse en paix. Nous n’allons plus accepter leur présence ici dans notre cité. Ils ne sont pas domiciliés ici. Ils viennent juste pour vendre des terrains et si on s’oppose ils recrutent des nervis pour attaquer les habitants. Il faut que les autorités interviennent dans cette affaire ».

ADVERTISEMENT

Cette situation inquiétante met en lumière les conflits fonciers qui perdurent dans de nombreuses régions du Sénégal, mettant en péril la sécurité et la quiétude des résidents locaux.

ADVERTISEMENT

Témoin d'un événement? Contactez-nous directement sur nos réseaux sociaux ou via:

Email: temoin@pulse.sn

ARTICLES SUGGÉRÉS

Macky Sall persiste et signe : 'le 2 avril, c'est fini pour moi'

Macky Sall persiste et signe : 'le 2 avril, c'est fini pour moi'

CCIAD : suivez en direct le dialogue national

CCIAD : suivez en direct le dialogue national

Le témoignage poignant du détenu (politique) 'Cheikh Bi'

Le témoignage poignant du détenu (politique) 'Cheikh Bi'

Nécrologie: Prince Fadiga, le jeune 'marié' à 16 ans n'est plus

Nécrologie: Prince Fadiga, le jeune 'marié' à 16 ans n'est plus

'Dimanche non électoral' : ce qu'ont déposé les 16 candidats au C.C

'Dimanche non électoral' : ce qu'ont déposé les 16 candidats au C.C

Nigeria : l'armée nigériane dément une tentative de coup d'Etat contre le président Bola Tinubu

Nigeria : l'armée nigériane dément une tentative de coup d'Etat contre le président Bola Tinubu

Un bébé se fait 'décapiter' sous les yeux de son père

Un bébé se fait 'décapiter' sous les yeux de son père

Dialogue : Idrissa Seck (aussi) décline l'invitation de Macky Sall

Dialogue : Idrissa Seck (aussi) décline l'invitation de Macky Sall

Angleterre : un migrant sénégalais condamné à 9 ans

Angleterre : un migrant sénégalais condamné à 9 ans

ADVERTISEMENT