Le Parc de Technologies Numériques (PTN) ou l'avant-garde d'une 4è révolution industrielle [Opinion]

Comprendre l’importance d’être à jour pour la 4ème révolution est d’une importance capitale pour ce pays.

PTN-Parc des Technologies Numériques

L’importance est d’autant plus marquée par l’échec ou le retard concédé dans la 3ème révolution industrielle qui nous vaut toujours beaucoup de rattrapages dans certains secteurs.

En effet dans les années 80, les NTIC avaient tout bouleversés dans le monde, de la façon de produire un bien, à la façon d’apprendre ou de se soigner. Produire un bien n’était plus simplement une affaire d’avantage comparatif rapporté aux ressources. La dimension immatérielle de l’information est entrée en jeu dans le processus de survie de l’entreprise.

D’ailleurs, L’élargissement des marchés, la diminution des cycles de vie des produits, des technologies et des avantages concurrentiels rendaient les conditions d’exercice du métier d’entrepreneur chaque jour plus complexes. Face à un globalisme béant, il fallait produire vite et bien, l’intranet en était la solution.

Mais faut dire qu’en Afrique nous étions bien largués par ces nouvelles politiques, notre tissu industriel en souffrait. D’ailleurs une des raisons qui a fait qu’en Afrique de l’Ouest notre système de politique d’industrialisation par substitutions aux importations (ISI) n’ait pas réussi, est le fait que ces nouvelles logiques de productions de biens, qui contribuaient à limiter les coups, à produire plus rapidement et à être plus efficace, nous étaient inconnues voire inaccessibles.

L’Afrique ne comptait en 1994 que 3% des lignes téléphoniques mondiales. Avec un taux d’intégration des NTIC aussi faible, il était pratiquement impossible à nos rares entreprises de pouvoir concurrencer l’extérieur.

Car comme l'ont pensé des auteurs comme: « Benghozi », les discours sur les nouveaux modèles d’entreprises performantes associent spontanément design organisationnel et système d’informations.

La réussite des entreprises en termes de productivité, position concurrentielle… semble étroitement liée aux usages qu’elles font des Technologies de l’Information et de la Communication.

Des pays comme l’Inde, le Brésil, la Russie et la Chine l’ont compris et ont pris très tôt leur place sur le train de l’histoire.

Aujourd’hui, il est question d’une 4ème révolution (Le numérique).

Tout comme la 3ème révolution, le Numérique bouleversa toutes nos habitudes de la façon d’acheter à la façon de vendre, de la façon de se soigner à la façon de se divertir.

Ce n’est pas pour rien que j’ai suivi Attali dans penser le monde en 2035 faire l’éloge des bouleversements positifs que le numérique amènera dans notre quotidien.

Il précisera que les deux grandes industries du monde d’ici 2035 seront celle du divertissement qui passe forcément par le numérique (Netflix, Amazon, Wido chez nous, Marodi…) et celle de la sécurité (on voit déjà l’implantation de multinationales de la sécurité).

Bref le Sénégal, ne voulant pas rater le train de l’histoire a lancé la SN2025 qui est partie intégrante du plan Sénégal émergeant (PSE)

Toujours dans le cadre de la SN2025, nous avons le PTN (Parc de Technologies Numériques) qui vient s’insérer dans le cadre du plan Afrique Smart City.

Ce parc qui comptera des bâtiments TIC, une école de formation ainsi qu’un autre centre de données (data center de type tiers 3) permettra aux sénégalais en plus du super calculateur de se positionner à l’ère du numérique. Au delà, il s’agira entres autre dans une dynamique d'endogénéisation de la croissance basée sur un développement d’un secteur primaire, d’utiliser le numérique comme leviers de croissance et de développement.

Cela permettrait à notre pays de se positionner sur les rampes du développement. À nos jeunes d’avoir assez d’outils pour ne pas être largués par les autres, à nos entrepreneurs d’être à l’ère du temps, à notre économie de prendre un coup de modernité…

L’exemple du développement des fintechs dans notre système bancaire mesure assez bien l’importance que le secteur du numérique pourrait représenter en terme de production de biens, de services, de croissances…

Le monde d’aujourd’hui est foncièrement numérique. S’adapter utiliser son potentiel dans la constitution de notre croissance économique nous positionne déjà comme un hub en Afrique et dans le monde.

Demain se prépare aujourd’hui, l’avenir est maintenant.

SN2025, un Sénégal connecté et développé à l’ère numérique

Recevez nos Top Stories dans votre boîte de réception

Bienvenue dans la communauté Pulse! Nous vous enverrons sur une base quotidienne les dernières nouvelles sur l'actualité le divertissement et plus encore. Ne ratez rien! Rejoignez-nous sur toutes nos autres chaînes - Restons connectés!

Témoin d'un événement? Contactez-nous directement sur nos réseaux sociaux ou via:

Email: temoin@pulse.sn

ARTICLES SUGGÉRÉS

Al Khayri: le chanteur Demba Guissé prend une niarel

Al Khayri: le chanteur Demba Guissé prend une niarel

Hors administration publique : plus de 41 heures de travail

Hors administration publique : plus de 41 heures de travail

Adja Thiaré est toujours hospitalisée

Adja Thiaré est toujours hospitalisée

Le Tchad béni, le Mali banni par la communauté internationale

Le Tchad béni, le Mali banni par la communauté internationale

Pourquoi vous ne devez surtout pas laver ces aliments

Pourquoi vous ne devez surtout pas laver ces aliments

Le fils du ministre Mariama Sarr déféré puis libéré

Le fils du ministre Mariama Sarr déféré puis libéré

Amnistie : Karim Wade menace de démissionner du PDS

Amnistie : Karim Wade menace de démissionner du PDS

Liberté provisoire: Sitor Ndour attend la décision de la chambre d'accusation

Liberté provisoire: Sitor Ndour attend la décision de la chambre d'accusation

Infections urinaires : l'astuce contre les douleurs

Infections urinaires : l'astuce contre les douleurs