Madiambal parle de « lapsus », Teliko réclame 500 millions Fcfa

Le magistrat Souleymane Téliko et Madiambal Diagne ont soldé leur compte, hier, à la barre du tribunal correctionnel de Dakar lors d’un procès en diffamation.

Madiambal

Interrogé Madiambal Diagne a commencé par préciser qu’il n’est pas le directeur de publication dudit journal mais, il a fait une chronique. Sur une question à savoir pourquoi il a visé directement le magistrat parce qu’il a été greffier et il sait comment la justice fonctionne ? Le journaliste a rétorqué que: « il a remboursé. Il a pris un montant qu’il ne devrait pas prendre. De toutes les personnes concernées, il est la seule personne à donner des leçons de morale. Il s’agissait de plusieurs missions. Ils ont remboursé parce que le ministre de la Justice a demandé qu’ils remboursent. On sait combien de dossiers "somnolent" en lui. Au Sénégal, il y a plus de 400 magistrats, il y a un seul magistrat cité dans un dossier d’escroquerie ».

« Quel est le rapport entre la question posée sur l’indépendance de la justice et votre réponse ?», interroge Me Bamba Cissé. « J’ai ma compréhension du terme épinglé que j’ai employé dans mes accusations. Vos définitions me confortent dans mes propos. C’est trop facile ce que vous faites », a dit le prévenu. La robe noire de continuer : « vous êtes un mercenaire de la plume. Vous êtes quelqu'un que j'affectionne beaucoup, mais vous êtes un mercenaire du pouvoir. Je suis désolé de le dire. Ce sont des comportements à sanctionner jusqu'à la dernière énergie. J'ai eu très mal. J'aurais même pu vous récuser. Nous sommes devant la barre, mais pas dans les lundis de Madiambal ».

Pour l’avocat, l'expression "épingler" est trop chargée. « Au lieu de s'excuser, il dit que c'est un lapsus. Les magistrats du parquet n'ont pas encore remboursé. Il n'y a aucune responsabilité du journaliste. Il a été très professionnel. Un journaliste doit recouper et vérifier », a dit la robe noire. Poursuivant, les avocats de la partie civile ont demandé à ce que chroniqueur soit déclaré coupable des faits qui lui sont reprochés. Et, d’allouer 500 millions de francs Cfa au magistrat pour réparation du préjudice subi. Le procureur qui a établi le délit diffamation a requis l’application de la loi. L’affaire est mise en délibéré.

REJOIGNEZ LA COMMUNAUTÉ PULSE!

Témoin d'un événement? Contactez-nous directement sur nos réseaux sociaux ou via:

Email: temoin@pulse.sn