3e mandat de dépôt pour Fadilou Keita

L'étau judiciaire se resserre autour de Fadilou Keïta encore inculpé pour la 3e fois pour de nouveaux faits de nature criminelle.

keita-fadilou

Suivant un réquisitoire supplétif du parquet, Fadilou Keita a été placé sous mandat de dépôt par le juge du premier cabinet ce vendredi 15 septembre 2023 pour la 3e fois. Le membre de Pastef et coordonnateur du Nemeeku Tour est inculpé pour des faits criminels à savoir association de malfaiteurs en relation avec une entreprise terroriste, attentat ou complot contre l'autorité de l'Etat et provocation directe à un attroupement armé.

Pour rappel, Fadilou Keita avait été interpellé, en début décembre 2022, par la Sûreté urbaine avant d'être écroué pour diffusion de fausses nouvelles et incitation à la haine entre autres. Dans un texte publié sur Facebook et intitulé «j’espère juste qu'ils n'ont pas tué mon frère », Fadilou Keita alertait sur les disparitions des gendarmes Didier Badji et Fulbert Sambou.

Il évoquait dans le même texte « une purge ethnique » en indiquant « l’épisode des forces occultes, celles spéciales, les attaques soudaines contre le Mfdc, le "rebelle" pris à Yoff, François Mancabou lâchement assassiné ».

Fadilou Keïta avait été encore extrait de prison avant d’être encore placé sous mandat de dépôt dans le cadre d’une nouvelle procédure.

Pulse reproduit en intégralité le post de Fadilou Keita qui lui a valu la prison :

ADVERTISEMENT

"Didier BADJI un des gendarmes disparus est un frère. Contrairement à ce qui se raconte dans la presse, il est toujours avec ma mère avec qui il a fait près de 18 ans. Il habite chez nous et tous ceux qui connaissent Nafy Ngom le connaissent. Il nous a tous vu grandir et je peux jurer sur le coran que tout le monde peut attester de son intégrité, sa loyauté, de son professionnalisme, son sérieux, sa discrétion, sa rigueur etc…

La gendarmerie sait ce qui se passe… La gendarmerie nationale nous a habitué de l’avènement du général Moussa FALL à une communication intempestive… même pour ses opérations courantes, elle émet un communiqué pour en informer le grand public.

Comment donc deux gradés peuvent-ils disparaître et que la gendarmerie n’en parle pas ? Comment la grande muette, ce corps d’élite peut accepter que deux des leurs soient pris sans qu’elle ne bouge? C’est bien le Procureur qui a émis un communiqué…

Je dis qu’ils ont été enlevés… Qui connaît Didier sait qu’il n’est pas un poltron et la mort, il n’en a pas peur… il préfèrera mourir que d’être maltraité ou accepter d’être accusé de ces balivernes qui ont montré tout le mal qui gangrène la gendarmerie.

Le mal de la gendarmerie c’est Moussa FALL et cet état de fait, le Colonel Ndao l’a exposé publiquement et les personnes qui ont collaboré avec lui le confirment. Tu trouveras sur ton chemin des jeunes prêts à se défendre et protéger leur pays, leurs proches, au prix de leur vie leur pays et je jure devant Dieu que j’en fais partie. Ce patron de presse corrompu, travesti et menteur…

Ce pont qui est fait par cet ancien greffier radié pour bris de scellés est une simple facilité, un mensonge qui renforce ma suspicion quant à l’implication directe de l’Etat dans cette affaire.

Il est adepte des sales besognes et aujourd’hui encore, ignorant l’importance de la vie humaine, il se permets de débiter des inepties sur le dos de nobles et digne fils du Sénégal. Didier est un gendarme, un homme d’honneur, les paroles d’une serpierre ne peuvent le rabaisser. C’est une purge ethnique…

Après l’épisode des forces occultes, celles spéciales, les attaques soudaines contre le MFDC, le rebelle pris à grand Yoff, François Mancabou lâchement assassiné, nous voilà devant deux autres hommes, fils de la casamance qui disparaissent !

L’arme préférée des forces dissidentes, a été retrouvée dans la commande frauduleuse d’arme…Cherchez toujours des raccourcis, vous n’en aurez pas et s’il plait à Dieu vous disparaîtrez tous mais pas sans payer vos forfaits.

Pour mon frère Didier

ADVERTISEMENT

Témoin d'un événement? Contactez-nous directement sur nos réseaux sociaux ou via:

Email: temoin@pulse.sn

ADVERTISEMENT