La lettre salée d'Adama Faye à Macky

Le beau-frère du Chef de l'Etat a vu ses listes électorales refusées au motif d'une ressemblance de couleurs avec la coalition BBY.

adama-faye

Adama Faye dont les listes de sa coalition "Defar Sa Gokh" ont été rejetées dans plusieurs circonscriptions électorales, sur la base de ressemblance de couleurs avec celles de la coalition Benno Bokk Yakaar, a écrit une lettre très salée à son beau-frère de président de la République.

Dans sa missive , le petit frère de la première Dame apostrophe directement le Président. «Monsieur le Président, prenez vos couleurs Marron Beige, qui sûrement doivent vous rappeler le fameux pain-chocolat de votre enfance et de grâce laissez-moi avec mes couleurs rouge-bordeaux et jaune du soleil qui brille au zénith pour éclairer nos pas et notre démarche afin de ne pas commettre les erreurs que vous faites et continuez de faire», indique-t-il à l’endroit du président de la République. Et d’ajouter, toujours à l’endroit de Macky Sall : «Monsieur le Président, prenez votre ‘’tête de cheval’’ qui vacille et est souvent, pour ne pas dire trop souvent, dans les vapes et laissez-moi avec mon mulet ailé et sur pied, solide tel Albourakh, qui inexorablement nous permettra d’atteindre nos objectifs inclusifs et fixes pour ce pays, notre pays, et ce à une vitesse exponentielle».

Allant plus loin dans ses diatribes, Adama Faye invite Macky Sall à savoir que la séparation momentanée ou définitive, ainsi que le divorce sont hélas des réalités dans cette vie. «Le savoir est une acceptation de la volonté divine. Il faut donc avoir le courage et tourner la page et regarder l’avenir sous un autre prisme», invite-t-il, stoïque.

Ne comprenant pas que le chef de l’Etat ait décidé de s’immiscer dans les élections locales, Adama Faye attaque encore. «Je ne peux comprendre, après que Dieu vous ait hissé au sommet, que vous vouliez descendre aussi bas en vous immisçant dans des histoires de collectivités locales. Surtout que celles-ci ne peuvent en aucune manière influencer le déroulement de votre programme», note-t-il encore, rappelant à son interlocuteur qu’en 2012, il n’avait qu’une seule mairie dans son escarcelle et pourtant, cela ne l’a pas empêché d’accéder à la magistrature suprême.

«De quoi aujourd’hui avez-vous peur Monsieur le Président de la République ? Vous savez très pertinemment que l’objectif que nous nous sommes fixé sera atteint ! Vous avez peur au point d’ordonner à votre ministre de l’Intérieur d’ordonner à ses préfets et sous-préfets de procéder à des notifications de rejet de nos dossiers de candidature de notre coalition Defar Sa Gokh, sous le fallacieux prétexte de ressemblance avec les couleurs et sigles de votre parti. Ce qui au passage n’est pas, et ne peut être un motif de rejet (conférez-vous à l’article 285/287 du code électoral sénégalais)», tacle-t-il encore.

Adama Faye annonce des poursuites contre les préfets et sous-préfets impliqués pour «faute grave»

Avant de se demander : «comment peut-on ordonner à une autorité administrative de violer la loi qu’elle est censée défendre et connaitre, au point de lui faire raser les murs devant le regard honteux de ses collègues».

Décidément très remonté par le sort qui lui a été réservé par les autorités, Adama Faye annonce des poursuites contre les préfets et sous-préfets impliqués pour «faute grave». «Vous les préfets et sous-préfets qui faites semblant d’être atteints de la maladie du daltonisme, sachez qu’au-delà des recours en annulation de vos décisions honteuses, qui seront défendus par notre pool d’avocats, des poursuites judiciaires seront engagées pour faute grave. Et ce même au-delà du mandat de vos donneurs d’ordre», prévient-il, disant au président de la République qu’il ne compte pas croiser les bras devant une injustice les frappant.

«Si Monsieur le Président vous parvenez à vos fins en bloquant nos listes de la coalition Defar Sa Gokh, alors demandez aux régisseurs de vos prisons partout au Sénégal d’aménager des cellules et de prévoir notre séjour carcéral car cette bataille sera épique, fatale et sans concession aucune», fustige-t-il encore, réaffirmant sa gratitude pour le soutien qu’il a reçu durant ces épreuves.

REJOIGNEZ LA COMMUNAUTÉ PULSE!

Autoriser les notifications dans les paramètres du navigateur

Témoin d'un événement? Contactez-nous directement sur nos réseaux sociaux ou via:

Email: temoin@pulse.sn

ARTICLES SUGGÉRÉS

Quiz : quelles célébrités se cachent derrière ces photos ?

Quiz : quelles célébrités se cachent derrière ces photos ?

Assomption : pourquoi le lundi 16 août n'est pas un jour férié

Assomption : pourquoi le lundi 16 août n'est pas un jour férié

Hausse des prix: la taxe sur le sucre temporairement suspendue [document]

Hausse des prix: la taxe sur le sucre temporairement suspendue [document]

Voyages et loisirs

Sacré-Cœur : Voici comment le docteur Falla Paye a tué ses enfants

Sacré-Cœur : Voici comment le docteur Falla Paye a tué ses enfants

Bocar Samba Dièye sort vainqueur de son bras de fer contre la CBAO

Bocar Samba Dièye sort vainqueur de son bras de fer contre la CBAO

Keur Mbaye Fall: Un humanitaire français violait des mineurs défavorisés

Keur Mbaye Fall: Un humanitaire français violait des mineurs défavorisés

Magistrature : Un grand chamboulement en vue

Magistrature : Un grand chamboulement en vue

Dérives audiovisuelles : Jamra porte plainte contre Cirque noir

Dérives audiovisuelles : Jamra porte plainte contre "Cirque noir"