Le Pds en mode colère… [Opinion du Contributeur]

Le Parti démocratique sénégalais (Pds) est en mode radicale contre le pouvoir.

Abdoulaye Wade

À quelques mois d'élections législatives de grande importance, cette formation, sabre au clair, menace de faire face à Macky Sall. Une position notée à la suite d'une bataille âpre relative aux contentieux électoraux des dernières locales. La coalition Wallu Sénégal n'a pas su s'imposer à Pikine notamment où elle dénonce des fraudes massives et une « victoire volée ».

La pilule est d’autant plus amère que les différentes manifestations de colère, les mobilisations n’ont pas servi à grand-chose. La participation du Pds à ces joutes du 23 janvier 2022 n'a pas été fameuse. C’est certainement l’une des raisons de cette radicalisation. Plutôt une volonté de radicalisation de Doudou Wade et de ses « frères » car les choses libéralo-libérales ont l’habitude d’évoluer de manière si expéditive.

Abdoulaye Wade nous a habitués à passer d’une extrémité à une autre. Ses menaces de « brûler » les cartes d’électeurs en 2019, ont été suivies par un boycott de la présidentielle, des négociations à Conakry et plus tard à une double rencontre avec Macky Sall à Massalikul Jinan et au Palais. Depuis, il y a eu peu d’évolutions jusqu’au baptême du « stade du Sénégal » qui porte le nom du Pape du Sopi. Il y a eu certes un communiqué du Pds pour saluer cette décision de Macky, il y a eu quelques « réactions de satisfaction » mais le peu d’enthousiasme et d’engouement noté présageait des moments heurtés.

« Si Macky Sall pense que le Pds a peur de lui, qu’il se détrompe. Car au Pds il n’y a pas de peureux », estime Doudou Wade. Un message dédié au président de la République. Mais aussi à l’opposition qualifiée de radicale à qui le Pds fait un clin d’œil peu amical. « Il est facile de descendre dans les rues et faire des victimes, mais notre conviction c’est que quand on a besoin de construire un pays, on ne se lance pas dans sa destruction », ajoute M. Wade. Une sorte d’opposition à une certaine opposition. Thierno Alassane Sall est dans la place. TAS déconne, sort un « machin » pour dénoncer les dérives. Attaques implicites contre les maires Yewwi, Guy et Capitaine Touré. Guy réplique sagement.

Recevez nos Top Stories dans votre boîte de réception

Bienvenue dans la communauté Pulse! Nous vous enverrons sur une base quotidienne les dernières nouvelles sur l'actualité le divertissement et plus encore. Ne ratez rien! Rejoignez-nous sur toutes nos autres chaînes - Restons connectés!

Témoin d'un événement? Contactez-nous directement sur nos réseaux sociaux ou via:

Email: temoin@pulse.sn

ARTICLES SUGGÉRÉS

Le fils de ce ministre percute un scootériste, il conduisait un véhicule du Palais

Le fils de ce ministre percute un scootériste, il conduisait un véhicule du Palais

Afrique de l'Ouest et du Centre : plus de 80% des citoyens veulent une monnaie unique

Afrique de l'Ouest et du Centre : plus de 80% des citoyens veulent une monnaie unique

Pape Diouf immortalisé en Côte d’Ivoire

Pape Diouf immortalisé en Côte d’Ivoire

CAN 2025 : la CAF retire l'organisation à la Guinée

CAN 2025 : la CAF retire l'organisation à la Guinée

Rentrée des classes : 3.810.000 élèves et 91.967 enseignants attendus

Rentrée des classes : 3.810.000 élèves et 91.967 enseignants attendus

Affaire Kalifone : L'avocat de Adja Thiaré devant le Conseil de discipline

Affaire Kalifone : L'avocat de Adja Thiaré devant le Conseil de discipline

Santé : une grève illimitée envisagée

Santé : une grève illimitée envisagée

Burkina : Ibrahim Traoré proclamé président, Damiba déchu

Burkina : Ibrahim Traoré proclamé président, Damiba déchu

'Je reparlerai à Macky quand il ne sera plus Président'

'Je reparlerai à Macky quand il ne sera plus Président'