Ousmane Sonko : "Amadou Ba est plus dangereux que Macky Sall"

Libérés de prison hier jeudi 14 mars 2024, Ousmane Sonko et son dauphin Bassirou Diomaye Faye ont fait face á la presse. Tout ce Tout ce que vous avez raté, et bien plus !

Ousmane Sonko (à droite) et son second Bassirou Diomaye Faye (à gauche), lors d’une conférence de presse à Dakar, le 15 mars 2024

D'emblée Sonko s'est attaqué à Amadou Bâ en s'interrogeant sur l’origine des richesses du candidat de BBY. Il qualifie de suspect le fait qu’un simple fonctionnaire puisse accumuler une telle fortune. Il a également accusé Amadou Ba de potentiellement vendre les intérêts du Sénégal à l’étranger s’il accède au pouvoir, affirmant qu’il est disqualifié d’office pour diriger le pays. Sonko a déclaré avoir surpris Amadou Ba en flagrant délit et lui a ordonné de ne rien prendre.

Tout en écartant Macky Sall du débat électoral, Sonko a mis en garde contre le danger que représente selon lui Amadou Ba pour le Sénégal. Il a appelé les Sénégalais à se mobiliser et à former un large front pour la Présidentielle à venir, assurant qu’il remporterait ces élections si elles se déroulaient de manière juste et transparente.

  • "Il y a des négociations avec Macky Sall"

Y a-t-il eu négociation entre le pouvoir et le leader de Pastef au Cap Manuel? Ousmane Sonko confirme déclarant qu'il y a effectivement eu des discussions mais pas un deal comme le soutiennent certains. D'ailleurs dans un souci de transparence, le désormais ancien détenu du Cap Manuel a dévoilé la quintessence de ces négociations.

« Il y a eu des discussions qui portaient sur 4 points, notamment le report de l'élection présidentielle du 25 février 2024. J'ai été catégorique là-dessus. Je leur ai dit que le rejet de ma candidature ne peut en aucun cas justifier le report de l'élection », a confié Ousmane Sonko, ce vendredi, au lendemain de sa libération après plus de 200 jours de détention.

ADVERTISEMENT

« J'ai fait tout mon possible pour que les élections ne soient pas reportées. J'ai même demandé à mes avocats de ne pas déposer un rabat d'arrêt dans l'affaire Mame Mbaye Niang pour éviter qu'il prenne cela comme prétexte. J'ai appelé Habib Sy pour qu'il demande à ses anciens amis du PDS de ne pas se laisser manipuler par le président Sall pour reporter les élections», révèle-t-il jurant qu'il "n'y a pas eu de troc" et "aucune contrepartie n'a été donnée à qui que ce soit", a révélé le leader de Pastef.

  • "Il n'y aura pas de chasse aux sorcières, mais...

Ousmane Sonko a assuré qu’il n’y aura pas de chasse aux sorcières quand Bassirou Diomaye Faye sera élu président de la République du Sénégal. Mais il a également précisé qu’il n’y aura pas d’impunité. Le maire de Ziguinchor a voulu être clair sur ce point estimant qu’il n’y aura pas de vengeance mais de la justice.

« Je veux être clair, il n’y aura pas de vengeance mais il y aura de la justice dans toute sa rigueur. Nous allons veiller à ce que justice soit rendue au peuple sénégalais », a indiqué le leader de Pastef avant de poursuivre: « on a un grand chantier devant nous. Donc, on n’a pas le temps de faire une chasse à la sorcière. Mais que cela soit clair : il n’y aura pas d’impunité »

  • Sonko défend les 7 Sages

Ousmane Sonko a appelé à la sérénité concernant le Conseil constitutionnel, malgré les décisions récentes qui ont été perçues positivement par les Sénégalais. Il a souligné que remettre en question le Conseil constitutionnel pourrait être délicat si ses décisions futures ne correspondent pas à la volonté du peuple sénégalais. Sonko a admis qu’il serait en mesure de contester compte tenu de son propre différend avec le Conseil constitutionnel concernant son dossier de candidature.

Cependant, le leader de Pstef a averti qu’il faut être prudent et attendre d’avoir des preuves tangibles avant d’accuser le Conseil constitutionnel de corruption. Il a insisté sur le fait que les débuts de preuves ne suffisent pas, et qu’il serait le premier à dénoncer l’institution si des preuves concrètes étaient présentées.

ADVERTISEMENT

Témoin d'un événement? Contactez-nous directement sur nos réseaux sociaux ou via:

Email: temoin@pulse.sn

ADVERTISEMENT