Refus d'intégrer Sonko sur les listes : ce qu'en pense Me Adama Guèye

Invité ce dimanche sur le plateau du jury du Dimanche sur iRadio, Me Adama Guèye s’est exprimé sur le refus de la Direction générale des élections (DGE) d’exécuter la décision du juge de Ziguinchor le 12 octobre dernier ordonnant la réintégration de Ousmane Sonko sur les listes électorales.

Me Mame Adama Gueye

Laquelle décision a été d’ailleurs confirmée le 14 décembre par le juge du tribunal d’instance de Dakar. Me Mame Adama Gueye s’est voulu clair : le recours intenté par l’Etat n’est pas suspensif.

L’ancien candidat à la présidentielle dénonce les violations dans les décisions de justice et dans l’administration, et déduit que le Sénégal n’est pas un Etat de droit. « Le Sénégal n’est pas un état de droit. En guise d’exemple, dans un État de droit, est-ce qu’une administration peut refuser d’appliquer une décision de justice, alors que le texte dit que c’est exécutoire ? Est-ce qu’on peut dire de manière absolue qu’on respecte la primauté de la loi ? Je suis désolée de le dire, nous n’avons pas encore un Etat de droit », a martelé l’avocat.

Avant d’ajouter : « Si l’administration ne peut pas respecter la loi, comment peut-on l’exiger des citoyens ? C’est cela l’enjeu aussi. Nos administrations ont tendance à se mettre dans des postures d’allégeance. Or, l’allégeance on ne la doit qu’à la République et à la loi, pas à un pouvoir qui passe. On a une administration très politisée et les conditions de sélection et de nomination sont parasitées par ces considérations politiques qui font que ceux qui sont dans l’administration, pour se maintenir ou pour être promus, se mettent en posture d’allégeance ».

Me Mame Adama Gueye ne s’arrête pas là. Selon lui, « Si on avait d’autres conditions de nomination fondées sur des bases objectives, de compétence, de transparence, d’éthique, on n’en serait pas là. Et aussi l’enjeu de cette élection au-delà du changement du personnel politique, c’est que tant qu’on n’ira pas au fond, on changera peut-être de régime mais pas le pays. Et ce pays a besoin d’un changement profond sur ces registres ».

ADVERTISEMENT

Témoin d'un événement? Contactez-nous directement sur nos réseaux sociaux ou via:

Email: temoin@pulse.sn

ARTICLES SUGGÉRÉS

Euro 2024 : l'Espagne, 2e pays qualifié

Euro 2024 : l'Espagne, 2e pays qualifié

Hajj 2024 : un 5e pèlerin sénégalais décède

Hajj 2024 : un 5e pèlerin sénégalais décède

Dépendance affective dans les couples : comprendre, identifier et surmonter

Dépendance affective dans les couples : comprendre, identifier et surmonter

Paiement instantané 24/7 : La nouvelle initiative de la BCEAO pour l'UEMOA

Paiement instantané 24/7 : La nouvelle initiative de la BCEAO pour l'UEMOA

Déjeuner à l'Elysée : ce que  Diomaye et Macron se sont dit

Déjeuner à l'Elysée : ce que Diomaye et Macron se sont dit

Transfert d'argent : Wave et OM menacés

Transfert d'argent : Wave et OM menacés

Classement Fifa : le Sénégal chute

Classement Fifa : le Sénégal chute

Kaffrine: un étudiant égorge sa nièce de 2 ans

Kaffrine: un étudiant égorge sa nièce de 2 ans

Souveraineté vaccinale : le plaidoyer de Diomaye devant l'Europe

Souveraineté vaccinale : le plaidoyer de Diomaye devant l'Europe

ADVERTISEMENT