Sans 'rancune', Karim Wade annonce la fin de son exil 'forcé'

A l’occasion du Nouvel An, ce lundi 1er janvier 2024, Karim Wade s’est adressé de vive voix aux Sénégalais à travers un enregistrement vidéo. Une occasion pour Wade-Fils, candidat à l’élection présidentielle d’annoncer la fin de son exil « forcé ».

KARIM WADE

« Il y a plus de 7 ans, j’ai été contraint de quitter ma terre natale, le Sénégal, que j’aime au plus profond de mon cœur. Cet exil forcé, après un procès arbitraire suivi de trois longues années de prison, m’a interdit d’aller prier sur les tombes de mes proches. Cette séparation brutale avec notre terre et nos traditions, m’a également privé de moments précieux comme la quête de sagesse auprès de mon défunt marabout Cheikh Sidy Mactar Mbacké et de notre vénéré khalife général des mourides, Serigne Mountakha Mbacké. Ces moments douloureux resteront à jamais gravés en moi », lâche-t-il, remerciant ses parents, le peuple sénégalais et l’Émir du Qatar dont le soutien ont été pour lui « une source constante de résilience et d’inspiration.

Ressassant cette douloureuse séquence de sa vie, Karim dit n’en garder aucune « rancœur ». « C’est dans ces moments difficiles que j’ai appris la valeur inestimable du pardon et la nécessité de ne garder aucune rancœur », souligne-t-il. Cet exil, selon le candidat du PDS, a été une source de réconciliation avec lui-même et avec les autres, en se départissant de toute négativité. « J’ai compris qu’en cultivant la paix intérieure et en libérant notre esprit de ces sentiments négatifs, nous créons les conditions propices à la réconciliation et à un avenir meilleur pour tous », confie-t-il.

A l’attention des militants et sympathisants du PDS qui attendent son retour avec impatience, Karim annonce la bonne nouvelle. « Mon exil touche à sa fin », lance-t-il. Préparant ce retour tant attendu, il s’est résolument tourné « vers l’avenir avec espoir ». « 2024 est une année charnière pour le Sénégal. Nous sommes à la croisée des chemins. Continuerons-nous sur la voie de la division, de la haine, du renoncement ? Ou, choisirons-nous la voie de l’unité, la réconciliation, l’ambition pour affronter ensemble les défis majeurs qui se dressent devant nous ? », s’interroge-t-il.

Le candidat du PDS s’engage à offrir aux Sénégalais notamment à la jeunesse, « un avenir meilleur où ils seraient assurés de bénéficier des promesses du Sénégal et des potentialités inexploitées de l’Afrique ».

ADVERTISEMENT

I ANNE

ADVERTISEMENT

Témoin d'un événement? Contactez-nous directement sur nos réseaux sociaux ou via:

Email: temoin@pulse.sn

ARTICLES SUGGÉRÉS

L'étudiant drogué menait la vie dure à sa maman

L'étudiant drogué menait la vie dure à sa maman

Bambey : le corps en état de putréfaction d'une élève retrouvé dans un puits

Bambey : le corps en état de putréfaction d'une élève retrouvé dans un puits

Guinée : début d'une grève générale illimitée, deux jeunes tués

Guinée : début d'une grève générale illimitée, deux jeunes tués

Ziguinchor : 9 détenus politiques libérés dont 5 mineurs

Ziguinchor : 9 détenus politiques libérés dont 5 mineurs

Prison de Liberté 6: la vice-coordonnatrice de l’ex Pastef a subi un malaise

Prison de Liberté 6: la vice-coordonnatrice de l’ex Pastef a subi un malaise

Affaire de parfums volés : le lutteur Gris 2 déféré

Affaire de parfums volés : le lutteur Gris 2 déféré

Grève générale, villes mortes : Aar Sunu Sénégal paralyse le pays, ce mardi

Grève générale, villes mortes : Aar Sunu Sénégal paralyse le pays, ce mardi

Baidy Amar était interné à cause de sa dépendance à la drogue

Baidy Amar était interné à cause de sa dépendance à la drogue

Une responsable de  PASTEF virée : il aurait reçu 15 millions FCFA du  ministre des Finances

Une responsable de PASTEF virée : il aurait reçu 15 millions FCFA du ministre des Finances

ADVERTISEMENT