Prouver des faits de viols répétés est quasi utopique pour le camp d'Adji Sarr ; autant, sortir de cette affaire en gardant son image intacte doit l'être pour Ousmane Sonko. L'intrigue dans cette histoire n'est plus braquée sur la traque d'un violeur, mais sur ses turpitudes inavouées. On cherche à nous dévoiler, grâce à un scénario pas béton, le "vrai" visage d'un anti-héros diabolique tapi sous un minois d'ange.

Le ridicule ne tue pas ! En atteste la pauvre Adji Rabi Sarr, à qui on a fait jouer un rôle au-delà de son intelligence. Malheureusement, en dépit de la situation douloureuse qu'elle a fait subir au peuple sénégalais, celle qui est devenue une marionnette, à la merci d'une bande de voyous, attise encore les braises. Le temps d'antenne qui lui est accordé, avec l'entregent de ses défenseurs, traduit parfaitement la volonté de ses commanditaires à jeter l'opprobre sur M. Ousmane SONKO. Il est donc clair que l'acharnement n'aura de cesse que lorsqu'ils l'auront conduit à la prison.

L'explication de texte est ratée. L'élève est d'un niveau trop bas pour en saisir la teneur et la disséquer en toute cohérence. Même sous la forme d'une dictée préparée, Adji Rabi SARR s'est davantage ridiculisée. Les yeux hagards, l'oral de contrôle balbutiant, elle a senti son univers chanceler sous le poids de remords qui cassent son moral et de craintes quant à son avenir. Le film diffusé n'est pas une première pour son avocat, Me. El HAJ DIOUF, qui a usé du même scénario dans l'affaire Ousmane SONKO/Mamour DIALLO.

Une reculade pour mieux sauter

A force de cogiter sur les voies et méthodes susceptibles de corser leur dossier, le procureur, les défenseurs et l'accusatrice se brûlent les méninges. Les jurons, le défi d'un serment sur le coran, la manipulation au moyen de publi-reportages etc. sont autant de maladresses qui sèment davantage le doute et confirment la thèse de la machination.

A l'heure où l'espoir d'un apaisement social et d'une pacification du terrain politique est dessiné par de bonnes volontés, avec l'adhésion respectueuse de M. Ousmane SONKO, il est mal à propos de persister dans la bêtise et d'insulter l'intelligence des sénégalais, au moyen d'une prétendue stratégie de communication débile.

Tout ce tintamarre procède d'un processus de diversion et de chantage pour retarder la libération des otages politiques et des manifestants qualifiés à tort de terroristes.