Sénégal : "And Samm Jikko Yi" dit NON à l'homosexualité

Ce sont des milliers de Sénégalais qui ont manifesté, pour l'abandon d'un "agenda immoral et dangereux" et la criminalisation de l'homosexualité.

marche contre l'homosexualité

A Dakar, la place de la Nation a refusé du monde hier dimanche 23 mai 2021. Des milliers d'âmes y ont convergé pour demander la criminalisation de l’homosexualité, une initiative impulsée par la plateforme de défense des valeurs sénégalaises dénommée « And Samm Jikko Yi ».

Citoyens, activistes, autorités religieuses, coutumières et politiques, tous ont accordé leur voix pour sonner le glas de l'homosexualité au Sénégal. Le message était unique pour tous ceux qui se sont succédés devant le pupitre : « Non à l’homosexualité au Sénégal ».

En effet, la plateforme exige deux choses. Elle demande aux autorités étatiques de respecter la volonté du peuple en abandonnant cet agenda « immoral et dangereux », qu’elles sont en train de dérouler. Également, la plateforme demande l’adoption d’une loi criminalisant l’homosexualité au Sénégal dans les plus brefs délais. « Si ces deux exigences ne sont pas concrétisées, nous reculerons jusqu’au péril de notre vie », prévient Dame Mbodji, l’un des porte-parole du jour. Et d’ajouter : « nous n’attendons rien d’autre que la criminalisation de l’homosexualité. Vous allez le faire d’une manière ou d’une autre. Nous sommes prêts et déterminés à mener le combat jusqu’au bout ». Lisant toujours le message de la plateforme qui s’adresse aux autorités étatiques, Dame Mbodji leur dira : « Vous semblez oublier ici au Sénégal, nous sommes un peuple de croyants. Un pays attaché aux valeurs et autres vertus infaillibles défendues par tous les prophètes. Des valeurs et nobles vertus que défendent des hommes pétris de qualité et d’humanisme qui ont tout fait pour ce pays, parfois jusqu’au sacrifice de leur vie pour les préserver au bénéfice du peuple. Nous n’entendons pas laisser périr leur héritage en laissant passer ce qui est plus qu’une forfaiture : le déroulement d’un agenda on ne peut plus satanique. Vous semblez que vous y êtes grâce à notre suffrage et vous êtes nos mandataires ».

Il poursuit : « vous ne pouvez pas nous engager dans des politiques et programmes qui sont totalement en porte-à-faux avec nos croyances, avec nos réalités socio-culturelles et nos convictions religieuses. Pour nous, l’homosexualité est une abomination. Nous n’accepterons pas la propagation des LGBTQ au Sénégal parce que le Sénégal est un peuple de croyants ».

De l’avis Dame Mbodji, les croyants ont beaucoup toléré mais, constate-t-il pour mettre en garde « avec la question de l’homosexualité, notre réserve de patience est complètement épuisée. Contre la volonté de la légalité, nous allons opposer celle de la criminalité ».

Dame Mbodji a, par ailleurs, rappelé que tous les chefs religieux ont signé la pétition. Ayant pris part à la rencontre, Oustaz Alioune Sall appelle à la mobilisation de tous les croyants pour barrer la route aux homosexuels. « Rassemblons nos forces pour faire un grand changement. D’autant que c’est nous qui élisons et c’est nous qui destituons. L’homosexualité ne sera jamais légalisée au Sénégal. Unissons-nous pour nous battre », lance-t-il.

REJOIGNEZ LA COMMUNAUTÉ PULSE!

Témoin d'un événement? Contactez-nous directement sur nos réseaux sociaux ou via:

Email: temoin@pulse.sn