'Akon City' : Akon solde ses comptes

Le rappeur Alioune Badara Thiam alias "Akon" a profité de l’inauguration du centre des jeunes de Mbodiène, pour solder ses comptes avec ses détracteurs sur son projet de "ville futuriste."

Akon City composite

Le chanteur américain d'origine sénégalaise s’est vu attribuer 55 ha à Mbodiène pour réaliser son projet de ville futuriste « Akon City ». Mais, ce site dont l'hectare est estimé à 6 milliards de dollars, s’est révélé être un véritable braquage foncier. Depuis la pose de la première pierre, en aout 2020, le projet «Akon City» ne sort pas de terre. Les travaux devaient commencer en octobre 2021, car il est stipulé dans le contrat signé entre Akon et la Sapco, que le promoteur valorise le site dans un délai d’un an. Mais, jusqu’à ce jour, aucune brique ne trône sur le site.

Le rappeur, qui s’exprimait lors de l’inauguration du centre des jeunes de Mbodiène, ce jeudi, a répondu à ses détracteurs. «Les critiques m’ont surpris. Je pense que je n’aurais pas dû parler avant, quand je faisais la pose de la première pierre. J’aurais dû d’abord travailler, et m’exprimer après», a déclaré Alioune Thiam, alias Akon, lors de la cérémonie d’inauguration du centre des jeunes de Mbodiène.

Mais, le rappeur indique qu’au moins, les critiques lui ont permis de savoir ceux qui le soutiennent vraiment et ceux qui lui jettent des peaux de banane: «Ce n’est pas grave. car durant la période, j’ai oui, j’ai vu et maintenant je comprends. Je sais ceux qui sont avec moi et ceux qui sont contre moi.» Sur le projet à proprement dit, Akon promets qu’il se battra pour réaliser ce qui est dans ses capacités.

Mais, pour aller au-delà, il sollicite du soutien : «Je ne suis qu’un humain. Ji je n’ai pas le soutien, c’est Ok. Mais, les personnes qui sont dans ma position, Dieu leur offre la richesse pour qu’il la partagent. Donc ce que je fais, je ne le fais pas pour moi. J’aurais pu rester aux Usa, dans ma grande maison, ma piscine, mes 4 jolies épouses. Mais le Sénégal vaut bien cette labeur. Car partout où je vais, je représente le Sénégal», dit-il.

Aux sceptiques, Akon a tenu à leur envoyer un message : «Je sais que le projet est très ambitieux, et beaucoup pensent que c’est irréalisable. Mais je vous dis qu’il verra le jour. Dans quels délais ? Cela dépend de DIEU. Mais si j’ai du soutien du Sénégal, ça ira plus vite.»

ADVERTISEMENT

À signaler que 6 milliards de dollars (environ 3600 milliards de Fcfa) ont été annoncés pour la réalisation de ce projet. Et Akon n’a fourni presque aucune transparence sur qui investit dans Akon City ou sur la manière dont elle sera prétendument construite. La vérité est que ce financement qu'Akon disait avoir mobilisé est une grande arnaque.

La Société d'aménagement et de promotion des côtes et zones touristiques du Sénégal (SAPCO), qui a signé une convention de bail avec Akon, a servi une mise en demeure à ce dernier. Dans la mise en demeure, la SAPCO somme le promoteur de commencer les travaux mais aussi de payer le "ticket d'entrée" financier qu'Alioune Badara Thiam n'arrivait même à mobiliser depuis la signature de la convention. Ce, sous peine de dénonciation de la convention.

Pour éviter cette issue, Akon a (enfin) payer une partie du "ticket d'entrée", non sans revoir en baisse ses ambitions. Il a promis de présenter, au plus tard en décembre prochain, une version réduite du projet. Dans la foulée, il s'est engagé à commencer les terrassements en janvier 2023.

ADVERTISEMENT

Témoin d'un événement? Contactez-nous directement sur nos réseaux sociaux ou via:

Email: temoin@pulse.sn

ARTICLES SUGGÉRÉS

Libération de Sonko et Diomaye Faye : la bonne nouvelle annoncée par Macky Sall

Libération de Sonko et Diomaye Faye : la bonne nouvelle annoncée par Macky Sall

Le coup de gueule de Macky contre la presse internationale

Le coup de gueule de Macky contre la presse internationale

Macky Sall : « La liberté provisoire de Diomaye dépend de ses avocats »

Macky Sall : « La liberté provisoire de Diomaye dépend de ses avocats »

Libération de Sonko et de Bassirou : le président Macky Sall veut un climat d'apaisement

Libération de Sonko et de Bassirou : le président Macky Sall veut un climat d'apaisement

Macky Sall : 'je quitterai le pouvoir le 2 avril 2024'

Macky Sall : 'je quitterai le pouvoir le 2 avril 2024'

USA : en Alabama, les enbryons in vitro considérés comme des enfants à naître

USA : en Alabama, les enbryons in vitro considérés comme des enfants à naître

Suivez en direct l'entretien de la presse avec le Président Macky Sall

Suivez en direct l'entretien de la presse avec le Président Macky Sall

Diodio Glow Skin: la femme d'affaires livre les clés de sa réussite

Diodio Glow Skin: la femme d'affaires livre les clés de sa réussite

La journaliste Absa Hane porte plainte contre la police nationale

La journaliste Absa Hane porte plainte contre la police nationale

ADVERTISEMENT