Bus attaqué au cocktail Molotov : 12 suspects arrêtés

Au lendemain de l'attaque du Bus Tata de la ligne 65 au cocktail Molotov, douze suspects ont été arrêtés par les gendarmes.

Bus TATA

Une attaque au cocktail molotov a été perpétrée mardi dernier à Yarakh sur un bus TATA de la ligne 65. Il y aurait eu 2 morts et des blessés. Les victimes ont été identifiées : il s’agit de deux sœurs qui résident à la Médina. Les blessés, au nombre de cinq, ont été identifiés.

48 heures après "l'attentat, la gendarmerie a mis la main sur 12 suspects. D'abord les éléments de la Section de Recherche ont mis la main sur 3 personnes impliquées directement dans cet "attentat", rapporte Le Soleil.

Ensuite à Yoff, a été appréhendé un individu en possession d'un lot important d'explosifs identiques à ceux utilisés mardi dernier pour commettre le "crime" de Yarakh.

Pour finir, les gendarmes ont investi Keur Massar, Rufisque et Yeumbeul, trois localités où ils ont arrêtés huit personnes identifiés comme étant des éléments centraux des troubles survenus.

Les morts finalement identifiés

ADVERTISEMENT

Les morts suite à l’attaque au cocktail molotov perpétrée mardi dernier à Yarakh sur un bus TATA de la ligne 65 sont connus. Il s’agit de deux sœurs qui résident à la Médina. Selon le ministre porte-parole du Gouvernement Abdou Karim, les corps des défuntes étant complètement calcinés. Leurs dépouilles ont été déposées à la morgue de l’hôpital Dalal Jamm.

Fatoumata Diallo, âgée de 21 ans, et Oumou Coultouly Diallo, fillette de 7 ans, sont les deux victimes de l’attaque au cocktail Molotov contre un bus Tata, mardi dernier. Filles d’un émigré établi en Espagne, les deux victimes étaient domiciliées à la Médina.

On apprend que les deux filles ont quitté Kounoune pour rentrer chez elles. En cours de route, la nommée Fatoumata Bineta Diallo a appelé son amie Aicha Diallo pour dire qu'elle avait quitté Kounoune et qu’elle se trouvait dans le bus Tata (ligne 65) à hauteur de la gare des baux maraîchers.

Elle avait même précisé qu'elle serait à la maison dans les 30 minutes qui suivent. Mais, depuis cet appel, personne n’a plus de ses nouvelles.

ADVERTISEMENT

Témoin d'un événement? Contactez-nous directement sur nos réseaux sociaux ou via:

Email: temoin@pulse.sn

ADVERTISEMENT