Ces folies meurtrières… [Opinion]

Tuer ses propres enfants. Les empoisonner. Les torturer. Les regarder gémir. Les observer souffrir. Les laisser mourir. Se donner la mort. Souffrance extrême. Quadruple souffrance. Quintuple. Sextuple. Leur maman est aussi "morte". L'humanité est assassinée. Souffrance indicible.

dépression-648x427

A pareil moment, l'année dernière, une dame avait brûlé vif son propre époux.

Il faut être fou pour le faire. Un tel état de cruauté ne peut qu'être synonyme de folie. Un trouble mental. Une absence de raison. Une démence. Une aliénation. Une déraison. Un égarement de l'esprit. Ce Docteur médecin-dentiste, de son état, ne pouvait être que fou. En injectant une piqûre mortelle à ses trois fils. Un charmant garçon. Deux charmantes filles. Trois bouts de bois de Dieu. Des innocents dont les vies ont été si cruellement stoppées. Affreusement !

Nos cœurs saignent. Cette sauvagerie est si intrigante. Ne cherchons donc pas loin. C'est de la folie. Cherchons les raisons de cet extrémisme. Dans une société normale et saine d'esprit, ces actes sont toujours imprévisibles. Dans la nôtre malade et dingue, toutes les folies sont possibles. On vit à longueur de journées les pires excès, des actes iconoclastes, retentissants. On lit à longueur de journaux des histoires particulièrement abjectes. Des drames vécus atrocement. Un vécu bien partagé.

Sur les réseaux sociaux, les tristesses sont banalisées. La hardiesse domine la justesse et la politesse. Les petitesses sont à la Une. Les esprits tordus mènent le bal. Les autres se cachent. Ils sont derrière. Le bruit prend le pas sur la sérénité. La sagesse fout le camp. La solidarité n'est plus de mise. Rarement de mise. Et c'est pour permettre à certains "nantis" d'étaler leurs fortunes aux origines douteuses. On ne se confie plus pour noyer la douleur. On a peur d'être vilipendé. On ne communique plus. On bavarde. On se dispute. On ne discute plus. On se tance. Plus de débat. On déballe. On ne blague que rarement. On se braque. Toujours sur le ring.

Entre deux interprétations, on choisit toujours la moins généreuse. Nous ne sommes plus gais. Rarement joyeux. On ne rit plus. On ricane. Souvent sur la défensive. Toujours prêt à démolir, à se démolir. Une volonté de réduire à néant. De dominer. D'humilier. D'anéantir. De piétiner. Le comble, c'est l'hypocrisie. Dents blanches. Sang noir. Cœurs noirs. Les vrais visages toujours enfouis. Les fausses faces bien visibles. Ici, on tue en riant. Non, on croit pouvoir tuer plutôt.

Beaucoup d'experts en dissimulation. De faux types qui se drapent et se montrent sous les traits d'anges. Il faut que nous acceptions de nous soigner. De prendre une piqûre de bonté , une bonne dose de raison. Des décalitres de bienveillance. Sinon, à court terme, nous serons tous morts de folie.

REJOIGNEZ LA COMMUNAUTÉ PULSE!

Autoriser les notifications dans les paramètres du navigateur

Témoin d'un événement? Contactez-nous directement sur nos réseaux sociaux ou via:

Email: temoin@pulse.sn

ARTICLES SUGGÉRÉS

Quiz : quelles célébrités se cachent derrière ces photos ?

Quiz : quelles célébrités se cachent derrière ces photos ?

Assomption : pourquoi le lundi 16 août n'est pas un jour férié

Assomption : pourquoi le lundi 16 août n'est pas un jour férié

Hausse des prix: la taxe sur le sucre temporairement suspendue [document]

Hausse des prix: la taxe sur le sucre temporairement suspendue [document]

Voyages et loisirs

Sacré-Cœur : Voici comment le docteur Falla Paye a tué ses enfants

Sacré-Cœur : Voici comment le docteur Falla Paye a tué ses enfants

Bocar Samba Dièye sort vainqueur de son bras de fer contre la CBAO

Bocar Samba Dièye sort vainqueur de son bras de fer contre la CBAO

Keur Mbaye Fall: Un humanitaire français violait des mineurs défavorisés

Keur Mbaye Fall: Un humanitaire français violait des mineurs défavorisés

Magistrature : Un grand chamboulement en vue

Magistrature : Un grand chamboulement en vue

Dérives audiovisuelles : Jamra porte plainte contre Cirque noir

Dérives audiovisuelles : Jamra porte plainte contre "Cirque noir"