De retour de la Mecque, A. Diarra surpris avec son amante dans le lit conjugal

Une affaire d’adultère rocambolesque a été jugée hier devant la barre du tribunal de Dakar.

Adultère (image d'illustration)

Malgré son séjour à la Mecque, M. A. Diarra, est resté un homme infidèle. À cause de son infidélité, son mariage avec F. Mbaye n'a duré que 11 mois. Leur couple bat de l'aile depuis que l'épouse a surpris le mari avec une autre femme dans leur chambre conjugale.

Les faits se sont déroulés au mois d'aout 2023. Ce jour, relate L'OBS, alors qu’elle était à son lieu de travail, la plaignante reçoit un appel de sa femme de ménage l’informant que son époux s’est enfermé dans leur chambre conjugale avec une dame. F. Mbaye saute dans une moto Jakarta et débarque chez elle. Elle prend son époux la main dans le sac. Elle ravale sa colère et retourne à son lieu de travail sans faire de scandale.

Le soir, après le dîner, F. Mbaye interpelle Diarra sur son infidélité. Ce dernier , polygame et âgé de 46 ans, refuse d'avouer son infidélité. Acculé de questions, Diarra s’emporte et envoie des coups de poings à son épouse. Munie d’un certificat attestant d’une ITT de 15 jours, la victime traine son mari en justice.

Placé sous mandat de dépôt le 10 août dernier, Diarra a été jugé hier à la barre des flagrants délits. Face au juge, il a juré n’avoir jamais levé la main sur sa femme. Diarra affirme en revanche que F. Mbaye l’a attaqué sans raison valable, notamment en s’agrippant à ses parties intimes.

Son seul tort a été, dit-il, c'est d’avoir reçu dans leur chambre une dame venue recueillir ses prières après son retour de La Mecque. «Je ne sais pas comment elle s’est fait ses blessures. Quand elle m’a attaqué, je me suis débattu et je suis parti m’enfermer dans la chambre», s’est-il défendu. F. Mbaye a balayé d’un revers de main cette version. Informant le tribunal que son mari est coutumier des faits pour avoir consommé neuf mariages et frappé sa première femme alors que cette dernière était enceinte de six mois.

ADVERTISEMENT

Le tribunal, qui a reconnu Diarra coupable de coups et blessures volontaires, mais l’a dispensé de peine.

ADVERTISEMENT

Témoin d'un événement? Contactez-nous directement sur nos réseaux sociaux ou via:

Email: temoin@pulse.sn

ADVERTISEMENT