Elle abandonne son bébé : la fille de Terminale justifie sa tentative d'infanticide

La fille en classe de Terminale qui a jeté son nouveau-né est passé aux aveux.

Bébé

Le mobile de l’abandon du bébé dans un bâtiment à Jaxaay est finalement connu. Née en 2005, Maty Nd, élève en classe de Terminale au lycée Plan Jaxaay, a dévoilé les raisons pour lesquelles elle a voulu se débarrasser de son bébé. D'après Les Echos, la présumée auteure de l’affaire du nouveau-né a abandonné son enfant hors mariage par souci de préserver sa réputation devant ses parents et le voisinage de quartier.

En 2022, Maty tombe enceinte des œuvres d’un homme, qui n’est pas son mari. Son geste provoque la stupéfaction au sein de la famille. Qui peine à se rendre à l’évidence et rumine sa rage. Au fil du temps, Maty accouche d’un garçon, qui est confié ensuite à une tante de la fille, histoire de permettre à la lycéenne de poursuivre ses études scolaires sans anicroche.

Elle reprend alors ses études scolaires et fait la connaissance d’un de ses camarades de classe. D’une amitié, elle finit par nouer une relation amoureuse avec le jeune garçon. Le couple file le parfait amour. Maty attrape à nouveau une grossesse durant cette année-ci – soit quelques mois après sa première grossesse - et désigne son petit-ami de camarade de classe. Qui reconnaît sans fioritures la paternité de ladite grossesse et décide d’assumer ses responsabilités.

Maty entre dans une colère noire et redoute la réaction de ses parents. Elle garde tout de même sa grossesse et refuse d’en parler aux membres de sa famille. Elle cache alors ça durant les neuf mois de gestation. Un jour, elle éprouve les douleurs de l’enfantement, se retire dans la salle de bain de sa mère et accouche sans assistance d’une fille.

Elle se débarrasse toute seule du cordon ombilical et enveloppe son nouveau-né de sexe féminin dans une couverture. Elle nettoie à la va-vite les lieux et s’emploie à faire disparaître les traces de sang de son accouchement. Elle guette ensuite les instants de quiétude dans la maison, sort des toilettes sur la pointe des pieds et dépose l’enfant dans une maison voisine.

ADVERTISEMENT

La lycéenne retourne en catastrophe chez elle et file droit dans les toilettes dans le but d’enlever toutes les traces de sang. Elle trouve cependant sa mère dans la salle de bain et guette sa sortie. La maman – qui avait suspendu entre-temps son linge pour aller se soulager - constate les traces de sang et hurle de stupeur.

Elle appelle l’adolescente et l’interpelle sur un terme ferme sur les traces de sang. Cette dernière cafouille et verse dans des explications cousues de fil blanc. « J’ai glissé dans les toilettes et je suis tombée », affirme-t-elle.

Intriguée, la maman doute de la bonne foi de la gamine et soupçonne des agissements malveillants. Elle appelle la sœur aînée de la fille et lui demande de conduire celle-ci au district sanitaire de Keur Massar pour les besoins d’un examen gynécologique. Ce qui sera fait. La nouvelle de la découverte d’un nouveau-né de sexe féminin vivant retentit au même moment dans tout le quartier et se répand aux quatre coins.

Alertés, les flics de la localité entrent en action et effectuent les constatations d’usage. Ils ouvrent une enquête préliminaire et lancent des avis de dénonciation à toutes les structures sanitaires et hospitalières, en cas de réception d’une parturiente dans leurs locaux pour des soins médicaux.

A peine la fille arrive-t-elle au district sanitaire de Keur Massar, elle est vite démasquée par les blouses blanches, qui câblent les agents de terrain du commissariat d’arrondissement de Jaxaay. Qui débarquent sur les lieux et cueillent la lycéenne.

ADVERTISEMENT

Témoin d'un événement? Contactez-nous directement sur nos réseaux sociaux ou via:

Email: temoin@pulse.sn

ADVERTISEMENT