Faux procès et fausse perception médiatique [Opinion du Contributeur]

Les regards sont naturellement tournés vers la presse quand, dans un pays on note des retentissements. Une attitude logique et fort compréhensible si l'on sait que les médias sont au cœur de toutes les problématiques et ont la lourde tâche d’être incontournable dans l’appréhension et la publicité des événements.

Marche de journalistes sénégalais pour la liberté de la presse et contre la précarisation du secteur, le 3 mai 2017, à Dakar. SEYLLOU/AFP

Au-delà du compte rendu, la posture du critique, d’analyste des faits, d’enquêteur sont autant d’actes qui apportent de la plus-value. Si tout cela ne se fait pas comme il se doit, c'est que le mal de la presse, la crise est réelle. Les dérives et les manquements sont remarquables. Et les acteurs, en sont conscients, d'où cette volonté d'organiser des assises de la presse au Sénégal.

Mais ce mal est en grande partie inhérent à la crise démocratique. Tous les piliers sont en train de s'écrouler. Il est difficile de travailler dans ces conditions. Il suffit de voir le traitement fait du dernier rapport de la Cour des comptes par l'Etat. Il y a aussi ce discrédit orchestré contre l'Office nationale de lutte contre la fraude et la corruption (Ofnac) qui aurait des couleurs d'un parti. Si un État est capable d'agir ainsi contre des corps de contrôle, il n'hésite pas à accuser des journalistes de « diffusion de fausses nouvelles ».

Les journalistes ne sauraient en tout cas singer les activistes. Il y a des filtres et la responsabilité d'informer qui sont en jeu. C'est la marche normale des médias. Beaucoup de journalistes détiennent des informations mais il y a l'opportunité de la publication qui se pose si l'on prend en charge la responsabilité d'informer. Sur des questions sensibles liées au sexe, à la vie privée des gens qui n'ont aucun rapport avec les affaires publiques, il faut être prudent.

Sur d'autres dossiers, il est aussi préférable de faire un traitement professionnel avant toute diffusion. C'est la différence avec des « livreurs » qui donnent souvent l'information brute. Sans gêne !

ADVERTISEMENT

Témoin d'un événement? Contactez-nous directement sur nos réseaux sociaux ou via:

Email: temoin@pulse.sn

ARTICLES SUGGÉRÉS

Suspendu pour dopage, l'énorme fortune que va perdre Paul Pogba

Suspendu pour dopage, l'énorme fortune que va perdre Paul Pogba

Le Sénégal éliminé en 8e, Aliou Cissé va passer aux aveux

Le Sénégal éliminé en 8e, Aliou Cissé va passer aux aveux

Agression de MNF: une autre journaliste alerte sur sa sécurité

Agression de MNF: une autre journaliste alerte sur sa sécurité

Kaolack : un corps sans vie découvert dans un puits !

Kaolack : un corps sans vie découvert dans un puits !

Le Kenya et Haïti signent un accord pour l'envoi de policiers dans l'île

Le Kenya et Haïti signent un accord pour l'envoi de policiers dans l'île

Haïti : Port-au-Prince subit la violence des gangs !

Haïti : Port-au-Prince subit la violence des gangs !

Tribunal de Commerce de Dakar : les contentieux en chiffres !

Tribunal de Commerce de Dakar : les contentieux en chiffres !

Naufrage à Saint-Louis : des migrants étaient attachés dans la pirogue

Naufrage à Saint-Louis : des migrants étaient attachés dans la pirogue

Chavirement d’une pirogue à Saint-Louis : six individus arrêtés

Chavirement d’une pirogue à Saint-Louis : six individus arrêtés

ADVERTISEMENT