La plainte de Ndèye Khady Ndiaye n'est que 'diversion' selon Me El Hadj Diouf

La vidéo montrant une séquence de la confrontation entre Adji Sarr et Ndèye Khady Ndiaye dans le bureau du Doyen des juges, aurait été prise lors de la pause selon l'avocat de la jeune masseuse.

Ndeye-Khady-Ndiaye-confrontée-à-Adji-Sarr

Du nouveau dans l’affaire de la vidéo fuitée dans le bureau du juge du 1er cabinet. L’avocat d’Adji Sarr, invité sur le plateau de la Rts, a révélé que les images ont été prises « au moment de la pause ».

Me El Hadj Diouf précise : « Il n’y avait que Adji Sarr, Ndèye Khady Ndiaye et le mari de cette dernière et chacune a pris l’autre en photo et c’est tout. Peut-être que c’est (la vidéo) de Ndèye Khady Ndiaye qui a été mise sur le net. Mais vous ne verrez nulle part le juge et nulle part les avocats. »

C’est du «toc», de la « manipulation » et de la « diversion », poursuit-il. « Qui ose prendre son téléphone et filmer au moment de la confrontation », se demande-t-il.

« Ces gens doivent arrêter de nous distraire, a tonné le conseil de Adji Sarr dans les colonnes de Les Echos de ce lundi. Il ne faut pas prendre les Sénégalais pour des demeurés. Ils veulent nous détourner de l’essentiel. »

Pour rappel, la patronne de Sweet Beauty a été convoquée à la Division spéciale de la Cybercriminalité (DSC) pour être entendue, suite à sa plainte qu’elle avait déposée auprès du procureur de la République après la vidéo fuitée dans le bureau du juge du 1er cabinet.

ADVERTISEMENT

Ndèye Khady Ndiaye, qui a confirmé sa plainte, a confié aux enquêteurs que c’est Adji Sarr qui a collecté les données personnelles avant de le transférer à Françoise Hélène Gaye.

Et que c’est cette dernière, poursuit-elle, qui a diffusé la vidéo en question sur sa page Facebook avant de l’enlever. Elle a soutenu que la suppression de la vidéo ne change rien car le mal est déjà fait et qu’il y a par la suite des captures d’écran. Et que c’est cette dernière, poursuit-elle, qui a diffusé la vidéo en question sur sa page Facebook avant de l’enlever.

Elle a soutenu, dans des propos repris par Les Echos que la suppression de la vidéo ne change rien car le mal est déjà fait et qu’il y a par la suite des captures d’écran.

ADVERTISEMENT

Témoin d'un événement? Contactez-nous directement sur nos réseaux sociaux ou via:

Email: temoin@pulse.sn

ADVERTISEMENT