Mamadou pénètre la chambre conjugale d’un couple et tente de violer l'épouse

Un maçon nommé Mamadou Ba B, 28 ans, a fait irruption nuitamment dans la chambre conjugale d’un couple pour tenter de violer la dame.

image d'illustration

Plus téméraire que le maçon Mamadou Bâ, tu meurs. Et la dame Diariatou Faye, l’a échappé belle. Elle a subi une tentative de viol dans son lit conjugal. Les faits se sont déroulés à Nguékhokh. Avec la chaleur étouffante de ces derniers jours, la jeune femme s’est retirée dans sa chambre conjugale avec son mari en laissant la porte ouverte, histoire de profiter de la fraîcheur de la nuit.

Le 5 juillet 2023, aux environs de 3h du matin, la dame Diariatou Faye, dormant tranquillement dans sa chambre, sent, à ses côtés, la présence d’un autre individu. Seulement, pensant qu’il s’agit de son époux Ablaye Camara qui dort avec les enfants de sa coépouse dans la chambre de celle-ci, Diariatou Faye le laisse lui faire des caresses. Mais, très rapidement, elle se rend compte qu’il ne s’agit pas de son homme.

Elle sursaute pour allumer la lumière afin de s’enquérir de la situation. Mais, elle est aussitôt rejetée au lit avec une violence inouïe par le maçon Mamadou Camara. D'après le récit de L'Obs, il tente de la contraindre à des rapports sexuels. Face au niet catégorique de Diariatou qui use également de ses cordes vocales pour alerter son mari, Mamadou Ba tient à satisfaire sa libido. Tout nu, il s’empare du pagne de cette dernière qui refuse de céder.

Finalement réveillé par le bruit et les cris de détresse de son épouse, Ablaye Camara se réveille et se dirige vers la chambre de celle-ci,. Sur place, il trouve le maçon complètement nu, tenant dans ses bras le pagne de son épouse. Ne pouvant guère réaliser la scène, Ablaye Camara se rue sur lui. Mais, le maçon s’attaque au mari pour, dit-il, l’obliger à quitter la chambre afin qu’il puisse coucher avec sa femme. Les deux hommes s’empoignent. Le mari finit par maîtriser l’agresseur de sa femme et le traîne de force à la brigade de gendarmerie de Nguékhokh.

Devant la barre du tribunal de grande instance de Mbour, le maçon reconnaît les faits à lui reprochés. Dans sa défense, le prévenu explique au juge être tombé sous les charmes de la femme du fait de ses rondeurs. Ce, depuis qu’elle l’a une fois dépassé en ville. Et depuis, confie-t-il au Président du tribunal, il a toujours envie d’entretenir des rapports sexuels avec elle. Même si cette dernière est mariée. D’où son entêtement face à la résistance du mari. Le prévenu a été finalement reconnu coupable et condamné à 2 ans de prison ferme.

ADVERTISEMENT

Témoin d'un événement? Contactez-nous directement sur nos réseaux sociaux ou via:

Email: temoin@pulse.sn

ADVERTISEMENT