Paris : le Sénégalais a tué son ex-femme devant ses enfants

La cour d'assises de Seine-Saint-Denis (France) a condamné Abdoulaye Gningue à 25 ans de réclusion criminelle. Il avait tué sa compagne sous le regard de ses enfants à Aubervilliers.

COur d'assises

25 ans de prison. C'est la peine prononcée ce lundi par la cour d'assises de Seine-Saint-Denis à l'encontre d'Abdoulaye Gningue. Cet homme a tué Marie, sa compagne en 2018 à Aubervilliers. Le meurtre a eu lieu devant les cinq enfants de la jeune femme.

Interrogé par la juge, qui lui avait demandé s’il était au courant du décès de Marie suite à sa visite, il avait répondu que ce n’était « pas son problème ». Le verdict de la cour d’assises de Seine-Saint-Denis qui l’a condamné lundi à 25 ans de réclusion criminelle lui fera peut-être comprendre que c’est bien, désormais, son « problème » aussi. Abdoulaye Gningue a été reconnu coupable du meurtre de son ex-compagne Marie, poignardée à mort devant ses cinq enfants à Aubervilliers en 2018.

Portant un masque chirurgical, comme durant tout son procès, entamé mardi dernier, à Bobigny, il a gardé les bras croisés et le regard fixé sur la présidente de la cour. L’homme de 50 ans, de nationalité sénégalaise, n’a pas cillé à l’énoncé de ce verdict. L’avocate générale avait requis trente ans de prison. La cour d’assises a assorti cette condamnation d’une période de sûreté des deux tiers et d’une interdiction définitive du territoire français.

La fille aînée de Marie a vu toute la scène

ADVERTISEMENT

Le soir du 15 novembre 2018, Marie, 28 ans, ouvre la porte de son appartement à Abdoulaye Gningue, père de son deuxième enfant. Lui-même reconnaît avoir rendu visite à la victime ce soir-là, pour discuter de la fête qu’il voulait organiser, deux jours plus tard, pour le quatrième anniversaire de leur fils. L’enfant est alors au salon avec sa demi-sœur de huit ans et ses trois demi-frères, des triplés de neuf mois.

Auprès des enquêteurs, la fille aînée de Marie, née d’une précédente union, a témoigné de la dispute qui a éclaté entre Abdoulaye Gningue et sa mère, dans la chambre de celle-ci. Puis elle a vu Abdoulaye Gningue sortir précipitamment de la pièce et de l’appartement, un couteau à la main. Marie l’a suivi, une main portée à son cou d’où le sang jaillissait. Elle s’est écroulée sur le palier. La blessure à l’arme blanche avait sectionné l’artère, ne laissant aucune chance à la jeune femme.

ADVERTISEMENT

Témoin d'un événement? Contactez-nous directement sur nos réseaux sociaux ou via:

Email: temoin@pulse.sn

ARTICLES SUGGÉRÉS

Suspendu pour dopage, l'énorme fortune que va perdre Paul Pogba

Suspendu pour dopage, l'énorme fortune que va perdre Paul Pogba

Le Sénégal éliminé en 8e, Aliou Cissé va passer aux aveux

Le Sénégal éliminé en 8e, Aliou Cissé va passer aux aveux

Agression de MNF: une autre journaliste alerte sur sa sécurité

Agression de MNF: une autre journaliste alerte sur sa sécurité

Kaolack : un corps sans vie découvert dans un puits !

Kaolack : un corps sans vie découvert dans un puits !

Le Kenya et Haïti signent un accord pour l'envoi de policiers dans l'île

Le Kenya et Haïti signent un accord pour l'envoi de policiers dans l'île

Haïti : Port-au-Prince subit la violence des gangs !

Haïti : Port-au-Prince subit la violence des gangs !

Tribunal de Commerce de Dakar : les contentieux en chiffres !

Tribunal de Commerce de Dakar : les contentieux en chiffres !

Naufrage à Saint-Louis : des migrants étaient attachés dans la pirogue

Naufrage à Saint-Louis : des migrants étaient attachés dans la pirogue

Chavirement d’une pirogue à Saint-Louis : six individus arrêtés

Chavirement d’une pirogue à Saint-Louis : six individus arrêtés

ADVERTISEMENT