Trafic de visa : un démarcheur écope de 3 mois de prison ferme

Les nommés Sidy Sidibé, âgé de 27 ans, ouvrier domicilié à Diamnadio, et Esther Camara, 26 ans, ont comparu à l’audience des flagrants délits du tribunal de grande instance (Tgi) hors classe de Dakar. Ils répondaient des faits d’escroquerie portant sur 5000 et 2000 dollars au détriment de candidats au voyage à qui ils avaient promis de les amener en Europe.

 Trafic de passeports diplomatiques : Nouveaux développements !

Les faits pour lesquels les prévenus ont comparu à la barre de l’audience des flagrants délits du Tgi de Dakar ont été portés à la connaissance de la justice les 14 et 15 juillet dernier. C’est à ces dates qu’une plainte a été déposée contre Moustapha Dramé qui prenait de l’argent de candidats au voyage qu’il faisait venir de la Côte d’Ivoire et de la Sierra Léone après leur avoir fait la promesse de les faire voyager en Europe.

D’après la plaignante, Fatoumata Lamarana Dialla, le nommé Moustapha Dramé en fuite lui avait fait croire que le Portugal avait accepté de recevoir sa fille malade pour hospitalisation. Elle lui a remis un montant de 5000 dollars (environ trois millions de francs) et son passeport ainsi que celui de sa fille. Les deux candidates au voyage ont quitté leurs pays pour venir à Dakar d’où elles devaient s’envoler pour le Portugal.

La dame Fatoumata Lamarana Diallo a déclaré avoir remis l’argent à Moustapha Dramé et assure que c’est ce dernier qui l’a appelée pour que les passeports soient remis à Sidi Sidibé pour qu’il les dépose à l’ambassade de ce pays européen à Dakar. « J’ai donné l’argent à la dame Esther Camara qui l’a envoyé à Moustapha Dramé et elle m’a fait un reçu. J’ai fait trois mois en Côte d’Ivoire et plus de trois mois à Dakar. Ma fille qui souffre énormément du cou a été hospitalisée à l’Hôpital Général Idrissa Pouye ex-CTO », a raconté la maman qui comptait effectuer le voyage pour faire soigner sa fille gravement malade.

L’autre victime, Daniela Kondé, a pour sa part remis 2000 dollars(1.200.000 francs environ) à Moustapha Dramé qui lui a demandé de venir au Sénégal. Les candidats au voyage ont été hébergés par Sidi Sidibé dans un appartement à Diamnadio.

A la barre, les prévenus ont contesté les faits qui leur sont reprochés. « Je ne travaille pas avec Moustapha Dramé, on est juste des amis. C’est lui qui paie l’appartement où j’ai hébergé les candidats au voyage. J’ai vu Dramé une fois, je sais qu’il aide les gens à se rendre en Europe. Je viens d’arriver à Dakar, c’est Dramé qui connait le business. Il y avait neuf passagers, seules trois personnes sont restées dans l’appartement », s’est défendu le prévenu Sidi Sidibé qui aidait Moustapha Dramé à recevoir les passeports des victimes. « C’est la première fois que je vois Fatoumata Lamarana Diallo, je ne lui ai jamais fait de reçu », a contesté Esther Camara à la barre.

ADVERTISEMENT

Pour le ministère public, sans Sidi Sidibé, l’entreprise de Moustapha Dramé de démarchage de candidats au voyage n’aurait pas abouti. Selon lui, « on ne peut pas mettre la main sur Moustapha Dramé en fuite et qui se trouve en France. Mais il continue ses activités d’escroquerie. C’est trop facile qu’il soit en France et fasse venir des candidats à l’émigration de l’étranger au Sénégal où Sidi Sidibé les accueille dans un appartement qu’il a loué à Diamnadio ».

Pour la répression, le substitut du procureur a requis l’application de la loi pénale. Quant au conseil de la défense, il estime que la dame Esther Camara a été envoyée au Sénégal au même titre que les autres passagers au moment où

Moustapha Dramé se livrait à ses escroqueries. Elle n’a jamais assisté Moustapha Dramé dans cette vaste opération. A l’en croire toujours, ce dernier utilisait Esther Camara en envoyant des clients dans l’appartement que Sidi Sidibé gérait à Diamnadio. L’avocat de la défense a demandé au tribunal, à titre principal, de relaxer sa cliente Esther Camara et, à titre subsidiaire, de faire une application bienveillante de la loi pénale pour son client Sidi Sidibé.

Au final, le tribunal a relaxé Esther Camara et a déclaré coupable Sidi Sidibé des faits qui lui sont reprochés. Il a été

condamné à trois mois de prison ferme. Il doit payer la somme de 2.226.500 francs à Fatoumata Lamarana Diallo et 1.220.000 francs à Daniela Kondé, rapporte Le Témoin qui a assisté à l'audience.

ADVERTISEMENT

Témoin d'un événement? Contactez-nous directement sur nos réseaux sociaux ou via:

Email: temoin@pulse.sn

ADVERTISEMENT