Zoophilie : un chat ''abusé sexuellement'' puis abandonné dans la rue

Un jeune homme a trouvé, le mercredi 1er mai dernier, dans les rues de Bondy, une commune en France, un chat miaulant faiblement, allongé et immobile, ses pattes arrière semblant ne plus fonctionner, selon le récit de nos confrères du Parisien.

Pharel chaton en France

Récupéré, le chaton est ensuite transporté vers un hôpital vétérinaire afin de procéder aux premiers soins et de poser un diagnostic. Selon les "Minimoons des Grandes-Bruyères", l'association dédiée à la protection des animaux qui a depuis récupéré le chaton, le petit félin a souffert de sévices à l’anus. "Ma queue a été tirée fortement, mes pattes arrière ont probablement subi le même sort provoquant la fracture", décrit l’association de l'Yonne dans un texte incarnant les paroles du chat racontant son terrible vécu.

Dans ce texte, l'association dévoile le verdict du vétérinaire : le chaton a été "abusé sexuellement". Si depuis, le petit chaton est normalement tiré d'affaires, d'après Carole, membre de l'association Minimoons des Grandes-Bruyères qui a pris le félin sous son aile, le chat souffre toutefois de graves séquelles. "Il faudra attendre six semaines pour voir quelles fonctions il pourra récupérer", explique Carole.

L’animal aura probablement besoin d’une prothèse de hanche, à la suite de sa fracture. L'association a d'ailleurs lancé un appel aux dons pour financer ces frais médicaux. En parallèle, une plainte a été déposée.

ADVERTISEMENT

Aujourd'hui, selon des vidéos postées sur une page Facebook dédiée au suivi de la guérison du petit Pharel, le nom que l'association a depuis attribué au chaton, on peut voir que celui-ci se remet doucement.

Pharel réussit à faire quelques petits pas. Une "intervention orthopédique" doit être prochainement réalisée sur le fémur du chaton, selon les propos tenus dans la dernière vidéo en date du 16 mai, au sortir d'un rendez-vous chez le vétérinaire. Une pétition en ligne a été lancée pour tenter de faire pression en vue de retrouver le ou les agresseurs du chat. Celle-ci a recueilli plus de 45.000 signatures.

Si l'histoire du chaton met en émoi beaucoup de lecteurs, l'association appelle toutefois la population à ne pas inonder de messages et d'appels les téléphones de la structure. "Pharel n'est pas à l'adoption. Il n'est pas à réserver non plus, nous ne sommes pas un élevage. Merci aussi de respecter l'intimité de Carole, de ne pas la déranger quotidiennement à des heures absurdes pour demander des nouvelles de Pharel, l'adopter, ni de vouloir aller chez elle pour déposer des cadeaux", souligne avec véhémence l'association dans une publication sur sa page Facebook.

ADVERTISEMENT

Témoin d'un événement? Contactez-nous directement sur nos réseaux sociaux ou via:

Email: temoin@pulse.sn

ARTICLES SUGGÉRÉS

Amadou Bâ, ma nouvelle responsabilité

Amadou Bâ, "ma nouvelle responsabilité"

Cheikh Ahmed Cissé impliqué dans un scandale de sextape

Cheikh Ahmed Cissé impliqué dans un scandale de sextape

Euro 2024 : les Pays-Bas et la France se neutralisent

Euro 2024 : les Pays-Bas et la France se neutralisent

Mali : 11 opposants à la junte, arrêtés à Bamako

Mali : 11 opposants à la junte, arrêtés à Bamako

L'industrie musicale au Sénégal : un voyage entre tradition et modernité

L'industrie musicale au Sénégal : un voyage entre tradition et modernité

Euro 2024 : la presse anglaise allume Gareth Southgate

Euro 2024 : la presse anglaise allume Gareth Southgate

Il brise la vitre de sa voiture, Dof Ndèye le poignarde à ...

Il brise la vitre de sa voiture, Dof Ndèye le poignarde à ...

Liberté de presse au Burkina Faso : un grand rassemblement prévu à Dakar

Liberté de presse au Burkina Faso : un grand rassemblement prévu à Dakar

Bignona : Les populations de Niamone fustigent les habitations dans la forêt classée de leur commune

Bignona : Les populations de Niamone fustigent les habitations dans la forêt classée de leur commune

ADVERTISEMENT