Déficit commercial, finances publiques... : les nouveaux chiffres de la DPEE

La Direction de la prévision et des études économiques (DPEE) a publié sa Note de conjoncture du mois de novembre 2023.

Ministère des Finances et du Budget

Au mois de novembre 2023, le déficit commercial du Sénégal s’est dégradé de 80,2 milliards pour se situer à 370,8 milliards, comparé au mois précédent. Cette situation est la résultante de la progression des importations (+80,7 milliards) couplée à une baisse des exportations (-9,1 milliards). Ainsi, le taux de couverture des importations par les exportations est évalué à 38,1%, contre 44,9% au mois précédent, soit un recul de 6,9 points de pourcentage.

Les exportations de biens sont estimées à 227,9 milliards au mois de novembre 2023 contre 237,0 milliards un mois auparavant, soit un repli de 3,8% (-9,1 milliards). Ce fléchissement est, essentiellement, imputable au recul des ventes de produits pétroliers (-20,6 milliards), de titane (-2,6 milliards) et d’acide phosphorique (-1,8 milliard). Néanmoins, la baisse des expéditions de biens a été ralentie, notamment, par le renforcement des ventes de produits halieutiques (+10,5 milliards), de légumes frais (+2,6 milliards) et d’or brut (+1,6 milliards).

Baisse des exportations en novembre 2023

En glissement annuel, les exportations de biens ont reculé de 30,7% (-100,7 milliards), en relation avec la baisse des ventes de produits halieutiques (-39,2 milliards), d’or brut (-21,1 milliards), de produits pétroliers (-13,4 milliards), d’acide phosphorique (-11,8 milliards), de produits arachidiers (-2,5 milliards) et de ciment hydraulique (-2,1 milliards). Cette baisse a été atténuée par l’augmentation des ventes de légumes frais (+2,4 milliards) et de zircon (+1,0 milliard).

Au niveau de la zone UEMOA, les exportations de biens sont estimées à 60,2 milliards durant la période sousrevue contre 74,3 milliards le mois précédent, soit une régression de 18,9% (-14,1 milliards). Elles représentent 26,4% de la valeur totale des exportations de biens du mois de novembre 2023. Le Mali reste le premier client du Sénégal, au niveau de l’Union, avec une part estimée à 71,9% contre 77,8%, comparé à octobre 2023. Les produits pétroliers restent les principaux produits exportés vers ce pays partenaire avec une part de marché de 47,6% contre 59,4% en octobre 2023.

ADVERTISEMENT

Hausse des importations en novembre 2023

Au mois de novembre 2023, les importations de biens se sont inscrites en hausse de 13,5% (+80,7 milliards), se situant à 680,3 milliards, comparé au mois précédent. Cette hausse est imputable à la progression des achats d’autres produits pétroliers (+55,7 milliards), de « véhicules, matériels de transport, pièces détachées automobiles » (+33,4 milliards), de produits pharmaceutiques (+5,0 milliards), de « froment et méteil » (+4,8 milliards), de « machines, appareils et moteurs » (+3,6 milliards) et de maïs (+2,4 milliards). Cette tendance haussière des importations a été amoindrie par le recul des achats d’huiles brutes de pétrole (-58,1 milliards) et de riz (-14,8 milliards).

En glissement annuel, les importations de biens se sont repliées de 2,4% (-16,5 milliards), en liaison avec le recul des achats d’huiles brutes de pétrole (-67,1 milliards), de riz (- 28,0 milliards), d’autres produits pétroliers (-5,8 milliards) et de « froment et méteil » (-2,3 milliards). Toutefois, le repli des importations de biens a été atténué par l’augmentation des achats de « véhicules, matériels de transport, pièces détachées automobiles » (+26,6 milliards), de « machines, appareils et moteurs » (+24,6 milliards), de produits pharmaceutiques (+3,1 milliards) et de « fruits et légumes comestibles » (+2,5 milliards). Au mois de novembre 2023, les importations en provenance des pays de l’UEMOA, sont évaluées à 13,9 milliards, soit une progression de 69,7% (+5,7 milliards) par rapport à octobre 2023. Ainsi, elles ont représenté 2,0% de la valeur totale des importations de biens durant le mois sous-revu contre 1,4% le mois précédent. Le Mali devient le principal fournisseur du Sénégal au niveau de l’UEMOA, avec une part estimée à 53,3% contre 1,1%, comparé au mois précédent. Les achats en provenance de ce pays sont, principalement, les autres véhicules terrestres (95,4%).

Finances et dépenses publiques

Au terme des onze (11) premiers mois de 2023, la gestion budgétaire a été caractérisée par une amélioration de la mobilisation des recettes budgétaires associée à une exécution satisfaisante des dépenses. Ainsi, les ressources globales (hors dons en capital), à fin novembre 2023, évaluées à 3105,9 milliards, ont enregistré une augmentation de 7,2% comparativement à la même période de 2022. Quant aux dépenses publiques (hors dépenses d’investissement financées sur ressources extérieures), elles se sont confortées de 9,9% pour s’établir à 3884,7 milliards.

Augmentation des ressources budgétaires à fin novembre 2023

Concernant les ressources, elles sont constituées de recettes budgétaires chiffrées à 3082,9 milliards et de dons budgétaires estimés à 22,9 milliards, à fin novembre 2023. Ce dynamisme des ressources est attribuable aux recettes budgétaires qui ont enregistré une hausse de 197,8 milliards (+6,9%), sous l’impulsion de ses composantes fiscales et non fiscales qui se sont améliorées, respectivement, de 5,6% et 31,3%. S’agissant des recettes fiscales estimées à 2897,8 milliards, leur progression reflète la bonne tenue des recouvrements des impôts directs, des taxes sur biens et services intérieures, de la TVA à l’import et des « droits d’enregistrement et timbre » qui ont cru, respectivement, de 102,5 milliards, 71,5 milliards, 43,7 milliards et 16,8 milliards pour se situer, dans l’ordre, à 1029,5 milliards, 783,4 milliards, 549,3 milliards et 99,7 milliards, à fin novembre 2023.

Cependant, cette tendance favorable a été atténuée par les replis du FSIPP et des droits de porte sur le pétrole, respectivement, de 39,8 milliards et 24,4 milliards comparativement à la même période en 2022. Quant aux recettes non fiscales, elles ont progressé de 44,2 milliards, reflétant la mobilisation satisfaisante des dividendes et de la redevance radioélectrique qui ont augmenté, respectivement, de 27,1% et 97,5% pour se chiffrer à 69,2 milliards et 36,4 milliards, à fin novembre 2023

Hausse des dépenses publiques à fin novembre 2023

Pour les dépenses publiques (hors dépenses financées sur ressources extérieures), elles ont été exécutées à hauteur de 3884,7 milliards à fin novembre 2023 contre un montant de 3535,3 milliards un an auparavant, soit une hausse de 349,5 milliards (+9,9%). Cette augmentation est expliquée par une hausse des dépenses de « transfert et subventions », des intérêts sur la dette et de la masse salariale.

Au titre des « transferts et subventions » chiffrés à 1090,0 milliards, une hausse de 119,8 milliards (+12,3%) a été enregistrée, en glissement annuel. Par ailleurs, la masse salariale et les charges d’intérêts sur la dette, évaluées, respectivement, à 1173,5 milliards et 510,3 milliards, ont enregistré des progressions respectives de 15,6% et 44,9%, sur la période sous revue. En revanche, cette tendance a été atténuée par la baisse de 14,3% des investissements financés sur ressources internes évaluées à 746,0 milliards, à fin novembre 2023.

ADVERTISEMENT

Témoin d'un événement? Contactez-nous directement sur nos réseaux sociaux ou via:

Email: temoin@pulse.sn

ARTICLES SUGGÉRÉS

Représentativité syndicale : Samba Sy refuse d’exécuter la décision de la Cour suprême

Représentativité syndicale : Samba Sy refuse d’exécuter la décision de la Cour suprême

Présidentielle après le 2 avril : l'UE met en garde Macky Sall

Présidentielle après le 2 avril : l'UE met en garde Macky Sall

La raison surprenante qui nous oblige à faire pipi toutes les nuits

La raison surprenante qui nous oblige à faire pipi toutes les nuits

Trafic aérien : les chiffres de l'OACI

Trafic aérien : les chiffres de l'OACI

Genre : vers la création d’un Conseil national des femmes !

Genre : vers la création d’un Conseil national des femmes !

Agression de Maimouna Ndour Faye : ce que dit l'enquête

Agression de Maimouna Ndour Faye : ce que dit l'enquête

Pourquoi l’amnistie ne concerne pas l'affaire Adji Sarr-Ousmane Sonko

Pourquoi l’amnistie ne concerne pas l'affaire Adji Sarr-Ousmane Sonko

Affaire Ngagne D. Touré : le parquet ordonne l'arrestation de 3 greffiers

Affaire Ngagne D. Touré : le parquet ordonne l'arrestation de 3 greffiers

Suspendu pour dopage, l'énorme fortune que va perdre Paul Pogba

Suspendu pour dopage, l'énorme fortune que va perdre Paul Pogba

ADVERTISEMENT