Assane Thiam : "Ma pire expérience après mon premier rôle au cinéma…"

Célèbre à travers le rôle d'un psychopathe atypique dans la série "Mœurs" produite par Evenprod, la personne d'Assane Thiam se trouve aux antipodes du sombre personnage de fiction "Jules César". Sénégalais bon teint, élancé et plutôt belle gueule, l'acteur est en réalité un "doux géant" dans la vraie vie. Démystifions-le ensemble dans cet entretien…

Pa-Assane Assane-Thiam Moeurs

Je suis Assane Thiam de nationalité sénégalaise. Je suis un acteur de cinéma. J’ai participé dans des productions telles que « l’or de Ninki Nanka » et récemment la série « Impact ».

Comment êtes-vous arrivé dans le milieu du cinéma ?

Le cinéma est avant tout une passion depuis le bas âge. Après l’obtention de ma licence, j’ai participé à une série télévisée, ce qui a conforté davantage cette orientation pour le cinéma. Actuellement j’y suis à temps plein comme un vrai acteur.

Comment se sont passées vos études supérieures ?

Je suis très orienté digital et technologie. Je suis titulaire d’une licence en génie logiciel et administration de réseaux dans une université de la place. Après cela, j’ai intégré la Sonatel en qualité de Community Manager. Vous avez en face de vous le fameux « Ibou » (rires). Je m’en tiens là.

Êtes-vous un bon chanteur ?

Malheureusement non. Certes je suis prestataire dans les voix off dans certaines publicités. Par contre, je suis un piètre chanteur.

Vous voyez-vous interpréter des rôles à l’international dans le cinéma ?

Bien sûr. J’aspire clairement à être un acteur à l’international. Tout est question de processus. Je sais qu’il faudra gravir sûrement les échelons. Je suppose clairement que c’est le rêve de tout acteur.

Avec quel acteur souhaiteriez-vous jouer dans une production ? Un acteur qui vous fait rêver ?

Honnêtement je dirais Denzel Washington. C’est mon idole. La probabilité est certes faible mais je nourris clairement ce rêve au plus profond de moi.

S'il vous était possible d’avoir un super pouvoir, lequel serait-il ?

Être invisible pour infiltrer les gens. Avoir la possibilité de changer de visage et être une autre personne. J’adore tout ce qui est infiltration.

Quelle est la situation la plus gênante que vous avez eu à vivre ?

La première fois à la Sonatel, je venais d’interpréter mon premier rôle. Le personnage était un psychopathe. C’était une personne détestable. A mon arrivée au bureau, j’y ai trouvé deux femmes qui m’ont attaqué, elles m’ont traité de tous les noms. Il faut le dire que je traitais mal les femmes à travers ce personnage dans la production. Cette expérience m’a vraiment marqué. Je ne pensais jamais être dans cette situation à savoir être détesté. Je m’y suis fait car derrière ce personnage, il y a une personne humble et gentille.

Propos recueillis par Nakana Cécile Konté

REJOIGNEZ LA COMMUNAUTÉ PULSE!

Autoriser les notifications dans les paramètres du navigateur

Témoin d'un événement? Contactez-nous directement sur nos réseaux sociaux ou via:

Email: temoin@pulse.sn

ARTICLES SUGGÉRÉS

Quiz : quelles célébrités se cachent derrière ces photos ?

Quiz : quelles célébrités se cachent derrière ces photos ?

Assomption : pourquoi le lundi 16 août n'est pas un jour férié

Assomption : pourquoi le lundi 16 août n'est pas un jour férié

Hausse des prix: la taxe sur le sucre temporairement suspendue [document]

Hausse des prix: la taxe sur le sucre temporairement suspendue [document]

Voyages et loisirs

Sacré-Cœur : Voici comment le docteur Falla Paye a tué ses enfants

Sacré-Cœur : Voici comment le docteur Falla Paye a tué ses enfants

Bocar Samba Dièye sort vainqueur de son bras de fer contre la CBAO

Bocar Samba Dièye sort vainqueur de son bras de fer contre la CBAO

Keur Mbaye Fall: Un humanitaire français violait des mineurs défavorisés

Keur Mbaye Fall: Un humanitaire français violait des mineurs défavorisés

Magistrature : Un grand chamboulement en vue

Magistrature : Un grand chamboulement en vue

Dérives audiovisuelles : Jamra porte plainte contre Cirque noir

Dérives audiovisuelles : Jamra porte plainte contre "Cirque noir"