46% des Sénégalais ignorent leur statut pour le diabète, 56% celui pour l’hypertension

Quarante-six pour cent des Sénégalais ignorent leur statut pour le diabète et 56% leur statut pour l’hypertension, a révélé le Dr Malick Hanne, chef de la Division de lutte contre les Maladies non transmissibles (Mnt) au ministère de Santé et de l’action social.

Diabète et hypertension

Le diabète et l'hypertension artérielle (HTA) sont des maladies chroniques les plus fréquents au Sénégal. Liée à une pression anormalement élevée du sang dans les vaisseaux sanguins, l'hypertension semble anodine car elle généralement silencieuse. Elle constitue pourtant, lorsqu’elle n’est pas contrôlée, l’une des principales causes de complications cardiovasculaires.

Quarante-six pour cent des Sénégalais ignorent leur statut pour le diabète et 56% leur statut pour l’hypertension. Le Dr Hanne a fait cette révélation mercredi, lors d’une visite destinée à s’enquérir de l’état de mise en œuvre du projet de prévention et de prise en charge des Mnt à Tambacounda.

Dans Le Quotidien, il a rappelé la signature en 2020, par le ministère de la Santé, d’un protocole avec la Fédération internationale du diabète (Fid), pour «mettre en œuvre, dans les régions de Tambacounda et Kolda, un projet de renforcement de la prise en charge, de la prévention du diabète et de l’hypertension artérielle». «Après deux ans, le ministère, accompagné de ses partenaires, est venu voir l’état de mise en œuvre. On a pu faire des formations, renforcer les districts sanitaires en équipements, mais également voir les acquis et les bonnes pratiques afin de voir comment étendre cela aux autres districts du Sénégal», a-t-il expliqué.

Il a rappelé que les Mnt «représentent 45% des décès au Sénégal». Aussi était-il «important pour le ministère de la Santé de faire en sorte qu’on renforce [la] prise en charge des Mnt». Il est aussi fondamental d’œuvrer à faire en sorte que «le diabète et l’hypertension soient connus davantage par les acteurs communautaires (…)». Il a également évoqué la nécessité d’une prise en charge précoce des patients, de façon à «limiter les éventuelles complications» liées à ces pathologies.

Il a tiré la sonnette d’alarme par rapport à la hausse des cas d’enfants touchés par le diabète dont la plupart sont du monde rural. «La plupart de ces enfants atteints de diabète nous viennent des villages. Leur âge varie entre 8 et 18 ans, c’est quand même bizarre», s’est-il étonné.

ADVERTISEMENT

Témoin d'un événement? Contactez-nous directement sur nos réseaux sociaux ou via:

Email: temoin@pulse.sn

ARTICLES SUGGÉRÉS

Guy Marius Sagna se convertit à l'Islam et prend une niarel

Guy Marius Sagna se convertit à l'Islam et prend une niarel

Election présidentielle : la date du 02 juin proposée !

Election présidentielle : la date du 02 juin proposée !

Arrestation de Gris2: sa petite sœur montre au créneau et descend Zeyna

Arrestation de Gris2: sa petite sœur montre au créneau et descend Zeyna

Néfertiti : portrait d'une grande reine ! (Découverte)

Néfertiti : portrait d'une grande reine ! (Découverte)

Insolite: elle déshérite ses enfants et lègue 1 milliard CFA à ses animaux

Insolite: elle déshérite ses enfants et lègue 1 milliard CFA à ses animaux

Mononucléose: la maladie du baiser des adolescents

Mononucléose: la maladie du baiser des adolescents

Comment sauver Macky Sall !

Comment sauver Macky Sall !

Une pirogue transportant 154 candidats à l’émigration interceptée par la Marine nationale

Une pirogue transportant 154 candidats à l’émigration interceptée par la Marine nationale

Dialogue nationale : la réponse du Président SALL au Ministre Samba Sy

Dialogue nationale : la réponse du Président SALL au Ministre Samba Sy

ADVERTISEMENT