Un réseau de présumés cybercriminels a été mis hors d’état de nuire par la Division spéciale de cybersécurité. 42 individus, tous Nigérians, ont été interpellés. La bande sévissaient à partir de Mbour.

L’exploitation technique de leurs appareils a révélé le pot aux roses, avec un ensemble d’outils informatiques (logiciels et matériels), permettant l’anonymisation sur internet, des banques d’images collectées de manière illicite, de faux comptes sur les réseaux sociaux.

Ils ont été arrêtés à la suite de nombreuses plaintes portant sur l’escroquerie en ligne, l’usurpation d’identité numérique, etc.

La bande a fait une centaine de victimes à travers l’application Whatsapp. Grâce notamment à Google Traduction, les larcins parvenaient à échanger avec leurs victimes dans plusieurs langues.