Afrique: ces coups d'États qui ont secoué le continent depuis trois ans

Alors qu'un groupe de militaires a annoncé ce 30 août 2023 l'annulation des résultats de l'élection présidentielle au Gabon et la dissolution des institutions, le coup de force en cours à Libreville est le dernier en date d'une série de coups d'États qui ont secoué le continent africain ces derniers mois.

Assimi Goita et Mamadi Doumbouya
  • Le coup d'État de 2020, puis de 2021 au Mali

Le 18 août 2020, le président Ibrahim Boubacar Keïta est renversé par une junte militaire menée par le colonel Assimi Goïta. Dans la foulée, le Conseil national de salut du peuple (CNSP) est formé et la junte promet des élections dans les trois ans. L'ancien ministre de la Défense Bah N'Daw est nommé président de transition et Assimi Goïta vice-président.

Le 24 mai 2021, un coup d'État dans le coup d'État a lieu. L'armée malienne arrête et détient le président de transition Bah N'Daw, son Premier ministre Moctar Ouane et le ministre de la Défense Souleymane Doucouré. Le 26 mai, Bah N'Daw et Moctar Ouane démissionnent, Assimi Goïta devient président de la Transition.

Lors des « Assisses nationales pour la refondation », en décembre 2021, Assimi Goïta annonce vouloir prolonger la transition de six mois à cinq ans. Après d’âpres négociations avec la Cédéao, qui impose de lourdes sanctions économiques au pays, les autorités maliennes de transition programment finalement une élection présidentielle devant marquer le retour à l’ordre constitutionnel pour février 2024.

ADVERTISEMENT
  • Le coup d'État de 2021 en Guinée

Au matin du 5 septembre 2021, des tirs à l'arme lourde sont entendus dans la capitale Conakry. Une unité des forces spéciale de l'armée guinéenne, le Groupement des forces spéciales, s'introduit dans le palais présidentiel à Conakry, capturent le président Alpha Condé et le démettent de ses fonctions. Le président guinéen, en poste depuis 2010, venait de se faire réélire en 2020 pour un troisième mandat après avoir fait modifier la Constitution pour pouvoir se présenter. Il est alors détenu en résidence surveillée et bien traité, mais refuse de démissionner.

Le 1er octobre 2021, le chef de la junte, le colonel Mamadi Doumbouya, est investi président de la Transition. En mai 2022, une première transition de trois ans et trois jours est annoncée, ramenée ensuite à trois ans et écourtée à deux ans à partir de janvier 2023.

La charte de transition affirme par ailleurs que Mamadi Doumbouya et les autres membres de la junte sont inéligibles pour les futures élections. Le colonel Doumbouya a assuré qu’il « ne passera pas un jour de plus à l’issue des vingt-quatre mois de la transition. Il a donné sa parole au peuple de Guinée », selon des propos rapportés le 9 février 2023 par le porte-parole du gouvernement, Ousmane Gaoual Diallo, après un conseil des ministres.

  • Les coups d'État de 2022 au Burkina Faso

En 2022, le Burkina Faso subit deux coups d'États en moins d'un an. Le premier commence par une mutinerie de soldats dans la nuit du 23 au 24 janvier 2022, à Ouagadougou et dans plusieurs villes du pays. Le président Roch Marc Christian Kaboré, qui avait été élu démocratiquement pour un deuxième mandat en novembre 2020, est renversé par les militaires qui reprochent au gouvernement son incapacité à lutter contre la menace jihadiste.

Le 31 janvier, le leader des putschistes, le lieutenant-colonel Paul-Henri Sandaogo Damiba, est nommé président de la Transition du pays pour trois ans. Sa prise de pouvoir sera de courte durée.

Le 30 septembre, des échanges de tirs nourris sont entendus dans le quartier Ouaga 2000 de la capitale. Des éléments de l'armée, menés par le Capitaine Ibrahim Traoré et mécontents de l'incapacité du nouveau gouvernement de transition à mettre hors d'état de nuire les insurgés jihadistes, démettent de ses fonctions de président de la transition, le lieutenant-colonel Damiba qui démissionne officiellement le 2 octobre. Le capitaine Ibrahim Traoré est investi président de transition le 21 octobre.

  • Le coup d'État de juillet 2023 au Niger

Le 26 juillet 2023, des militaires de la garde présidentielle retiennent le président nigérien Mohamed Bazoum, élu démocratiquement en 2021. Le soir même, un groupe de soldats annonce la formation d'une junte militaire qui prend le nom de Conseil national pour la sauvegarde de la patrie (CNSP).

Le général Abdourahamane Tiani apparaît ensuite lors d'une allocution sur Télé Sahel, en tant que président du CNSP. « L’action du CNSP est motivée par la seule volonté de préserver notre chère patrie face, d’une part, à la dégradation continue de la situation sécuritaire dans notre pays – et cela sans que les autorités déchues ne nous laissent entrevoir une véritable solution de sortie de crise –, d’autre part, la mauvaise gouvernance économique et sociale », lance-t-il. Il décrète quelques semaines plus tard une période de transition de trois ans pour tourner la page de la 7e république du Niger.

  • Le coup de force des militaires au Gabon du 30 août 2023

C'est le dernier coup de force en date qui a secoué le continent. Ce mercredi 30 août, quelques minutes après la diffusion des résultats officiels des élections générales indiquant la victoire d'Ali Bongo avec 64,27% des suffrages exprimés, un groupe de militaires a annoncé à la télévision l'annulation du scrutin et la dissolution des institutions.

« Nous avons décidé de défendre la paix en mettant fin au régime en place », a annoncé l'un des militaires présent. « À cet effet, les élections générales du 26 août 2023 ainsi que les résultats tronqués sont annulés [...]. Toutes les institutions de la république sont dissoutes, le gouvernement, le Sénat, l'Assemblée nationale, la Cour constitutionnelle [...]. Nous appelons la population [...] au calme et à la sérénité. Nous réaffirmons notre attachement au respect des engagements du Gabon vis-à-vis de la communauté nationale et internationale », ont-ils poursuivi, proclamant aussi la fermeture des frontières du pays « jusqu'à nouvel ordre ».

Le président du Gabon Ali Bongo Ondimba est « en résidence surveillée » entouré de sa famille et de ses médecins et l'un de ses fils a été arrêté.

ADVERTISEMENT

Témoin d'un événement? Contactez-nous directement sur nos réseaux sociaux ou via:

Email: temoin@pulse.sn

ADVERTISEMENT